Vizorek raconte Goethals : sur les traces de Raymundo

Alex Vizorek retrace la vie d’un des meilleurs coachs de football, Raymond Goethals.

Raymond Goethals
© BelgaImage
Diffusion le 18 novembre à 20h50 sur La Une

Sachant que tout (ou presque) a été dit sur celui qu’on surnommait Raymond la Science, il fallait se montrer original pour évoquer le destin de celui qui reste à ce jour le seul entraîneur à avoir fait gagner le plus important trophée européen à un club français. En l’occurrence, la Ligue des Champions à l’Olympique de ­Marseille. Initiateur de ce documen­taire, Philippe Henry, ancien journaliste sportif de RTL reconverti en producteur, le savait, raison pour laquelle il s’est donné les moyens de ses ambitions. D’un côté, en faisant appel à l’humoriste Alex ­Vizorek, Bruxellois, passionné de football et toujours actif en France (France Inter, France Télévisions…), pour servir de fil conducteur au film. Et de l’autre, en faisant un tour assez ­exhaustif des ­villes emblématiques du parcours de Goethals: Marseille bien sûr, mais aussi Bruxelles, Liège et ­Bordeaux. L’occasion d’y croiser un nombre incalculable de personnalités, allant de Bixente Lizarazu à Paul Van Himst, en passant par son fils et ancien arbitre international Guy, ­Didier Deschamps, Eden Hazard, Jean-Pierre Papin ou Rodrigo Beenkens. Avec de nombreuses archives, dont le dernier entretien de Bernard Tapie, récupéré ­auprès d’un journaliste de la RTBF, Adel Lassouli.

Élogieux et profitant d’une personnalité aussi pittoresque qu’unique dans le ­milieu du football, le portrait n’oublie pas (”Sans quoi, on nous l’aurait reproché!”, dixit Vizorek) les deux grosses ­zones d’ombre de cette longue carrière: les affaires Standard-Waterschei (1982) et Marseille-Valenciennes (1993), rencontres achetées contre des adversaires pourtant bien plus faibles. Mort en 2004 à 81 ans, le Sorcier, capable de transcender le joueur le plus ordinaire, est toujours considéré comme l’un des meilleurs entraîneurs de l’histoire.

Sur le même sujet
Plus d'actualité