Les Doors reviennent sur l’histoire de leur avant-dernier album " Morrison Hotel "

En studio et en live, une belle programmation Arte consacrée aux Doors, le groupe à jamais hanté par le spectre de Jim Morrison.

la pochette de l'album Morrison Hotel des The Doors
© Prod.
Diffusion le 18 novembre à 22h30 sur Arte

Le concert donné au festival de Wight en 1970 a déjà fait l’objet d’un DVD et d’un album live mais il reste d’une incroyable intensité, notamment pour son final où le groupe enchaîne une version de quatorze minutes de Light My Fire avec un medley comprenant The End et Crossroads Blues.

Par contre, le making of proposé en lever de rideau est inédit. Les membres survivants des Doors y évoquent les coulisses de l’enregistrement de “Morrison Hotel”, leur cinquième album paru en 1970. Le groupe était alors dans une impasse après le relatif échec du jazzy “The Soft Parade” et les excès de son chanteur (Jim Morrison avait été arrêté lors d’un concert à Miami pour avoir exhibé ses parties génitales) qui avaient conduit à un boycott des radios. Comme souvent dans ces cas-là, c’est en revenant aux fondamentaux que The Doors allait retrouver tout son éclat. “Morrison Hotel” renoue en effet avec le blues rock des débuts. Désormais barbu et bouffi, Jim Morrison chante en parfaite osmose avec les musiciens. Pas de provoc ici, pas de titres à rallonge, rien que du rock pur et dur. À mesure que Robby Krieger (guitariste) et John Densmore (batteur) réécoutent les détails de l’enregistrement dans ce documentaire, la musique avive les souvenirs. S’y ajoutent les témoignages de Ray Manzarek – par le biais d’une interview filmée avant sa mort en 2013 -, et du photographe Henry Diltz, auteur de la couverture de l’album.

Sur le même sujet
Plus d'actualité