Le syndrome d’Helsinki, la série finlandaise à ne pas manquer

Pour dénoncer ceux qu’il estime responsables de sa faillite, un entrepreneur prend des journalistes en otage. Un drame social percutant.

Syndrome d'Helsinki
© Prod.
Diffusion le 17 novembre à 22h25 sur Arte

Autant de colis de cette taille en même temps, ça n’a pas vraiment de sens. Alors les quatre journalistes du Helsingin Sanomat, le premier quotidien de Finlande, se rassemblent pour ouvrir les boîtes. À l’intérieur, il y a du chocolat, des biscuits et de vieilles coupures de presse. Les reporters ont à peine le temps de comprendre de quoi il s’agit qu’Elias s’est déjà dressé face à eux, l’arme à la main. Le faux électricien a bloqué tout accès aux bureaux et débute la prise d’otage d’une partie de l’équipe de rédaction. Désespéré, ce père de deux enfants vient de faire faillite pour la deuxième fois en vingt ans. Ce qu’il reproche aux journalistes? De ne pas avoir enquêté correctement et suffisamment sur ce directeur de banque et ce juge qui l’ont plongé dans les abîmes, le tout – selon lui – avec la complicité de l’État. Situé au printemps 2020, ce thriller mêle l’actualité Covid à des flashbacks de la crise finlandaise des années 90. Une série en huit épisodes, rondement menée par Peter Franzén (Elias) et articulée autour de la question de la confiance dans les institutions.

Sur le même sujet
Plus d'actualité