Le voyageur, un nouvel épisode avec Bruno Debrandt

Un polar bien ficelé dans lequel Bruno Debrandt a réussi à faire oublier Éric Cantona.

le voyageur
© RTBF
Diffusion le 3 novembre à 20h15 sur La Une

Quand un concept de série est suffisamment original, il ne doit pas forcément être porté par une tête d’affiche pour trouver son public: c’est ce que se sont dit les créateurs de ce Voyageur l’an dernier, après le départ prématuré d’Éric Cantona, accaparé par d’autres projets. L’ancienne gloire du foot, qui a incarné ce personnage conçu pour lui dans les quatre premiers épisodes, y jouait, pour rappel, Tom Bareski, un ex-policier ­vivant en marge de la société mais restant disponible pour quelques affaires. Un profil finalement semblable à celui de son successeur Yann Kandinsky (Bruno Debrandt) qui, suite à la “mort scénaristique” de Cantona, a repris le flambeau avec brio, toujours en parcourant la France à bord d’un van. La ­preuve, Debrandt, vu entre autres dans les séries Engrenages et Caïn, a permis à cette suite de décrocher le prix de la meilleure production francophone au Festival Polar de Cognac. Cet épisode inédit (Le roi nu), qui sillonne ici la ­Normandie, est le troisième qu’il porte.

Dans cette histoire, notre héros est sollicité pour dégoter un tueur en série, qui sévit depuis plus de vingt ans. C’est une traque difficile qui l’attend. Attachant et à l’aise dans son rôle, Debrandt sert un polar construit de façon classique, mais baignant dans une atmosphère plai­sante. Bien écrit et utilisant des flash-back, le récit nous permet aussi de croiser quelques comédiens belges. Les plus attentifs y reconnaîtront ainsi Charlie Dupont (La faute à Rousseau), Olivia Harkay (eLegal) et Philippe Jeusette (Ennemi public), décédé en août dernier. Debrandt semble en tout cas avoir bien entendu Cantona qui, lors de la passation de pouvoir, lui avait confié: “C’est bien que ça soit toi qui reprennes la série. J’y tiens, parce que c’est l’histoire de mon grand-oncle”.

Sur le même sujet
Plus d'actualité