Le Mois du doc : le documentaire belge à l’honneur sur la RTBF

Géopolitique, écologie, sport, témoignages…  Sur la RTBF, le Mois du doc belge sert de vitrine à la production de documentaires, miroir des enjeux sociétaux qui résument notre époque.

alex vizorek
© DR

Longtemps rare dans les salles, souvent acclamé sur des thématiques animalières, de Jonathan Livingston le goéland en 1973 au Peuple migrateur en 2001, le documentaire est un outil désormais très prisé par les observateurs de la marche du monde et surtout par ceux qui ­veulent comprendre comment marche le monde. Voir à ce sujet le raz-de-marée de documentaires qui, du true crime au portrait, alimentent les plateformes de streaming et s’invitent dans les conversations. Il faut donc saluer l’initiative de la RTBF qui soutient le Mois du doc, initié par le Centre du cinéma et de l’audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles  et ouvre ses antennes à une programmation illustrant la diversité et la sagacité du secteur en Belgique.

Ce festival du documentaire belge, qui se tient aussi en salles, ouvre (le 2/11) avec la diffusion du film-mastodonte de Thierry Michel – L’empire du silence autour des ­crimes de guerre en République démocratique du Congo. On recommande également (le 7/11) Sœurs de combat d’Henri de Gerlache, formidable mixage de portraits de femmes dont l’engagement écologiste donne un sens à leur vie et interroge la nôtre. On verra à l’action, et au repos face caméra, les Belges Adélaïde Charlier et Anuna De Wever, mais aussi l’Américaine Julia Butterfly, pionnière qui, il y a 25 ans, a fait basculer son existence en montant dans un séquoia géant qu’elle voulait sauver de la déforestation. Dans un autre style, mais à ne pas louper (le 18/11), le film d’Hugues Jossa – Vizorek raconte Goethals ou comment l’humoriste fait la génuflexion devant une légende du football devenue icône populaire.  Un jour plus tôt (le 17), on pourra voir Au-delà de nos larmes de Françoise Wallemacq et  Chergui Kharroubi qui ont filmé les membres de Retissons du lien, collectif fondé par des victimes des attentats de Bruxelles accueillant des parents de jeunes qui ont fait le voyage en Syrie. On pointera encore le beau travail d’enquête de Tristan Bourlard et Anne-Cécile Huwart sur les descendants de collaborateurs belges de la Deuxième guerre. Dans Les enfants de la collaboration, documentaire animé, les témoins se succèdent pour lever le tabou et avancer une explication, sinon un sens, au geste de leurs aïeuls. En ligne de mire de la progra, la Nuit du doc (le 5/11) avec Saint-Nicolas est socialiste, Bienvenue chez les Soccs, Dark Rider et Bakolo Music International.

Sur le même sujet
Plus d'actualité