La vie de Salvatore Adamo dans un documentaire raconté par Daniel Auteuil

Construit sur de très belles images d’archives, Adamo, ma vie, la vraie est sans doute le film le plus riche et le plus complet sur le chanteur.

Adamo
© Prod.
Diffusion le 28 octobre à 20h50 sur La Une

Il le dit la gorge serrée: “J’ai chanté, j’ai gagné et mon père a eu les larmes aux yeux”. C’est ainsi que Salvatore Adamo résume sa victoire à un concours de Radio Luxembourg qui, en 1960, initie sa carrière. C’est aussi par ces mots qu’il cite Antonino Adamo, son père – l’homme le plus important de sa vie, celui qui fera tout pour l’élever vers la réussite. On a déjà vu quelques documentaires sur le destin du chanteur – on pense notamment à celui signé par Hadja Lahbib et Jean-Marc Panis -, celui-ci, réalisé par Patrick Jeudy, profite d’une immense réserve d’ar­chives jamais ou rarement vues. On verra des images émouvantes du père – improvisé manager – régler la balance dans les salles de concert ou les rendez-vous avec la presse à Jemappes, là où la famille est installée et là où Adamo fait encore figure de modèle. On verra des images magnifiques du jeune Salvatore en studio, des images sensationnelles d’un train “spécial Adamo” parti de la gare du Midi pour Paris où les voyageurs assisteront à son premier récital à l’Olympia. On verra Yves Montand et la princesse Paola dire tout le bien qu’ils pensent de ce chanteur pour qui il est difficile de ne pas avoir d’affection.

On entendra l’artiste évoquer sa trajectoire, insistant sur les complexes qu’il a dû affronter et le sentiment de honte sociale qui l’a longtemps habité. Racontée par Daniel Auteuil, commentée par le principal intéressé, l’histoire d’Adamo est faite de souvenirs, de sensations, de parfums et de couleurs – le bleu du ciel de la Sicile, le noir des charbonnages du Borinage. Le film démarre sur Tombe la neige (la chanson préférée de ses parents), chanté à travers les époques et dans tous les pays, histoire de montrer la longévité d’une carrière indifféremment applaudie en France, au Japon, ici ou au Chili.

Sur le même sujet
Plus d'actualité