Quand CNews invite (sérieusement) à combattre les "forces du mal" bibliques

Dans une émission à l'accent catholique traditionnaliste, CNews a diffusé un long débat sur la lutte contre «les forces du mal» et qui pose question.

Micro de CNews
Micro de CNews, le 22 juin 2020 ©BelgaImage

"C’est une réalité plus sournoise que tous les virus, plus dangereuse que toutes les épidémies, plus contagieuse, aussi, que toutes les infections. Mais elle est rarement évoquée, et encore moins prise au sérieux. Cette réalité, ce sont les forces du mal". Bienvenue, vous êtes sur CNews! Car oui, c’est bien une chaîne d’infos généraliste qui a livré cette présentation troublante, en guise d’introduction à l’émission religieuse "En quête d’esprit". Des assertions soutenues avec le plus grand sérieux. Le présentateur explique même que ces "forces du mal" tirées tout droit de la Bible "étendent leur pouvoir dans toutes les sphères de la société – l’actualité le montre amplement – pour nous conduire au désespoir". Rivalisant de propos dignes du Moyen-Âge, CNews invite même des intervenants à débattre de la question pour savoir comment lutter contre les puissances démoniaques menaçant notre monde. Ambiance, ambiance! Mais surtout, cela pose de grosses questions quant à l’impact de ce message dans un cadre tel que celui-ci.

Une discussion effarante

Relayés via les réseaux sociaux, des extraits de cette émission ont manifestement choqué l’opinion publique. La preuve: les millions de vues en ligne pour un programme qui devrait rester de niche. Voilà donc autant de Français qui ont pu voir CNews titrer fièrement: "Anges et démons : le vrai combat?". C’est peu dire qu’il n’est pas question ici de prôner l’amour des autres ou d’autres valeurs bienveillantes. À la place, l’heure est plutôt de désigner des ennemis. Le tout avec un petit goût de croisade, en se plaçant sous la protection de l’archange Saint-Michel, présenté comme un "allié" inspirant pour notre société en péril. Car oui, autant invoquer le saint patron des soldats, celui qui "a terrassé le dragon" symbolisant Satan, pour aborder un tel sujet!

Premier intervenant à la barre: un prêtre qui a écrit un livre sur "le diable". Pour lui, pas question que ce dernier soit reconnu comme un simple symbole du mal. Non, non! Il insiste tout de suite: c’est "un fait de révélation de la Bible" contre qui "il faut fourbir nos armes", dit-il, en dénonçant au passage les membres du clergé qui ne seraient pas d’accord avec lui (et tant pis pour l’esprit d’œcuménisme)!

Ce n’est pas la seconde invitée qui va calmer le jeu puisqu’il s’agit d’Anne Bernet, une auteure reconnue comme proche du christianisme traditionnel. Opposant "catholicisation officielle et pratiques populaires", elle assure que "c’est justement contre le maintien de ces cultes démoniaques que l’archange va agir" à travers l’Europe "donnée au Christ". Car oui, est-ce que Saint-Michel peut nous aider à combattre cette "mauvaise herbe" que représentent "certaines formes de paganisme, de sorcellerie même" demande l’animateur Aymeric Pourbaix en faisant allusion à l’histoire du marabout au PSG? Ce n’est pas Anne Bernet qui va dire le contraire, elle qui dénigre ceux qui ont une "confiance absolue dans l’autorité constituée au lieu de se tourner vers Dieu"!

Puis hop, voilà que CNews présente le titre qui tue: "Combat contre le mal: qui est l’antéchrist?". Anne Bernet rebondit en dénonçant ces médecins, notaires et plus largement ces gens qui ne sont "pas des illuminés" et qui préfèrent passer leur temps sur les réseaux sociaux plutôt qu’à lire les évangiles. Et ne parlons pas du "fait que de moins en moins de gens sont baptisés", présenté comme symptomatique de "ce monde où le péché n’existe plus"! Vous n’êtes pas rassasié de sermons ultra-cathos? Alors voici un dernier intervenant: le responsable du service de l’Exorcisme des Diocèses de l’Île-de-France. Question d’expliquer quand même comment il veut traiter les "personnes possédées" mais aussi ces "gens psychologiquement perturbés". On les plaint!

Des propos dangereux, voire condamnables?

Après ce débat capable d’épouvanter sur le champ n’importe quel agnostique ou athée, une question se pose: CNews peut-elle vraiment relayer de tels propos? Cette sensibilisation d’exorcisme prend par exemple des accents proches de ces "thérapies de conversion" subies par la communauté LGBT+ (qui sont pour rappel interdites en France, pas encore en Belgique).

Alors oui, CNews peut justifier la tenue de son émission en vertu de sa liberté éditoriale consacrée dans la loi. Elle doit toutefois respecter la déontologie journalistique régie par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA), dont "le respect de la dignité humaine" et "la lutte contre les discriminations". Ici, la dénonciation des "non-baptisés" et de tout ce qui peut représenter de la "mauvaise herbe" ne joue-t-elle pas avec le feu? La question paraît légitime.

Le ton des intervenants semble d’autant plus en contraction par rapport à la très malmenée convention de CNews. Dans celle-ci, la chaîne s’engage (en théorie) "à respecter les différentes sensibilités politiques, culturelles et religieuses du public" et "à ne pas encourager des comportements discriminatoires". Vu comment sont traités ceux qui ne croient pas au "diable", ceux qui adoptent "certaines formes de paganisme, de sorcellerie même", et ceux qui s’écartent des évangiles, CNews a peut-être des efforts à faire en la matière… Sa convention écrit aussi que la chaîne veille "à ne pas inciter à des pratiques ou comportements dangereux". Est-ce que faire la promotion d’instituts d’exorcisme est une bonne idée au vu de leurs méthodes disons débattables (et c’est un euphémisme)? Là aussi, la question est ouverte.

Enfin, qu’en est-il de l’article 2-3-8 liant CNews au CSA? Celle-ci édicte que "l’éditeur vérifie le bien-fondé et les sources de l’information". La chaîne peut-elle prôner "la lutte contre le mal sous toutes ses formes" seulement en se référant à des textes bibliques? Il faut espérer que non!

Sur le même sujet
Plus d'actualité