Masterchef : pourquoi l’émission est un véritable échec

La nouvelle édition de Masterchef, proposée sur France Télévisions et AB3, s’est clôturée hier soir dans l’indifférence quasi générale. Pourquoi?

MasterChef
MasterChef

On ne peut pas vraiment parler de catastrophe industrielle mais la nouvelle saison de Masterchef, ressuscitée par France 2, n’a clairement pas fonctionné:  1,41 millions de téléspectateur en moyenne pour le prime time du mardi soir. En Belgique, diffusé sur AB3 avec une heure d’avance sur la France, l’émission n’a pas rencontré son public et n’apparaissait pas dans le top 20 des audiences. Face à ce fiasco, France Télévisions a réagi et raccourci son programme: au lieu des huit épisodes imaginés, Masterchef s’est réduit à six épisodes, dont la finale diffusée ce mardi soir.

Évidemment, l’une des raisons de cet échec est à chercher dans ce que propose la concurrence. Le mardi, sur TF1, c’est l’heure de Mask Singer. Un divertissement présenté par le chouchou du public, Camille Combal, et qui reste généralement en tête des audiences. Même si ces dernières semaines, le programme est lui aussi en perte de vitesse comparé à ses éditions précédentes. Et sur les autres chaînes, le choix était assez varié: rien que cette semaine, Masterchef entrait en compétition avec Les combattantes (La Une) ou Les Rivières pourpres (RTL-TVI).

Une émission trop longue

La longueur de Masterchef a aussi probablement joué dans cette chute d’audiences. Se terminant à 23H15, le concours culinaire est trop long pour un jour de semaine. La production aurait dû tenir compte de l’expérience vécue récemment par Koh Lanta. Diffusé depuis deux ans le mardi soir, le jeu d’aventures a vu ses audiences baisser considérablement en raison de cette programmation moins appropriée.

Proposer un concours culinaire sur la télévision publique était aussi un pari audacieux. Dans l’esprit du téléspectateur, les grands divertissements se visionnent sur les chaînes privées et les émissions plus sérieuses sur les chaînes publiques. Et changer les habitudes prend du temps. Lorsque nous avions interrogé Jarry il y a quelques semaines sur sa nouvelle émission, Le Big Show, il nous confiait: "Je serai évidemment déçu si l’émission ne marche pas. Je sais qu’elle est bien, ma seule angoisse est que le téléspectateur n’ait pas le réflexe de regarder ce genre de programme sur France Télévisions. Parce que dans le paysage actuel, TF1 est la grosse machine à divertissements. Mais j’espère que le public sera curieux.".

Preuve que le public n’adhère pas (encore) à ce changement d’habitude, Le Big Show n’a réuni qu’1.8 millions de téléspectateurs en juin et seulement 1.4 millions début septembre, alors qu’il est programmé un samedi soir. Partant de ce constat, il était presque écrit que Masterchef ne pourrait pas caracoler en têtes des audiences.

Pourtant, tout avait été mis en place pour assurer le succès: faire renaître une émission acclamée par le public (la nostalgie est un concept qui fonctionne en télévision), miser sur un casting de candidats  variés et s’offrir la présence de personnalités au sein du jury. Pour ce retour, Yves Camdeborde, Thierry Marx et Georgiana Viou avaient répondu présent. Pas suffisant pour fédérer le public. Un échec qui devrait France Télévisions à revoir sérieusement son offre en matière de divertissements et de concours.

Sur le même sujet
Plus d'actualité