Appel à la grève à la RTBF du 23 au 27 septembre : voici les raisons

Les syndicats appellent à une action du 23 au 27 septembre pour dénoncer "l'extinction des statuts".

appel à la grève à la RTBF
© BelgaImage

Les syndicats appellent le personnel de la RTBF à arrêter le travail du 23 au 27 septembre afin de dénoncer " l’extinction du statut ", confirme lundi à Belga Bernard Gabus, président de l’interrégionale wallonne de la CGSP à la RTBF.

Le syndicat socialiste dénonce une " discrimination dans l’accès à la pension " entre les personnes statutaires et contractuelles. Les représentants du personnel déplorent que plus aucune nomination n’ait eu lieu depuis 25 ans, ce qui porte à conséquence sur la pension accordée en fin de carrière. La pension des fonctionnaires est ainsi plus valorisée que celle des salariés. Or, depuis 25 ans, les personnes contractuelles, désormais majoritaires au sein de la RTBF, n’ont pas eu l’occasion de participer à un examen pour obtenir leur nomination.

Génération sacrifiée

La question des statuts au sein du média du service public divise depuis un certain temps. Les syndicats avaient interpellé la direction dès 2010 et un an plus tard, un deuxième pilier pour les pensions (c’est-à-dire une pension complémentaire assumée par l’employeur) avait été mis en place, revalorisé en 2015 et cette année. Cependant, la CGSP pointe qu’il existe " une génération sacrifiée, entrée après le 15 octobre 1995 (date des dernières nominations, NDLR) et 2011 ", qui n’a pas profité de ce deuxième pilier pendant des décennies. Ces personnes " n’atteindront jamais " le même niveau de pension que celui auquel elles auraient eu droit en étant statutaire ou en bénéficiant de la pension complémentaire pendant toute leur carrière, relève M. Gabus.

" Nous demandons depuis 2018 l’octroi d’un statut par un décret du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles ", souligne le syndicaliste, précisant que l’action vise en priorité à interpeller la ministre francophone des Médias, Bénédicte Linard. " Nous voulons d’abord toucher la ministre des Médias " car les revendications des syndicats nécessitent " un financement et un décret du gouvernement ", souligne le président de l’IRW de la CGSP à la RTBF. " Nous faisons presque davantage pression sur le gouvernement qu’en interne. "

Pour éviter la grève, un geste de la part du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles s’impose, ajoute M. Gabus. " Nous avons déposé notre préavis de grève le 26 juin ce qui laissait tout le temps à la ministre de réagir ", glisse-t-il.

Les modalités de la grève – et du service minimum – doivent encore être précisées lors d’un comité d’entreprise prévu lundi après-midi. Un point d’achoppement sera certainement la diffusion vendredi du concert organisé sur la Grand-Place de Bruxelles à l’occasion de la Fête de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il faudra déterminer si cet événement relève du service minimum du média de service public ou non. Une action devant le siège du gouvernement de la FWB ce vendredi ne serait en outre pas à exclure.

Sur le même sujet
Plus d'actualité