Les Oiseaux, angoissant, culte et… cauchemardesque pour l’actrice Tippi Hedren

Star de cinéma à la carrière stoppée net après avoir refusé les avances de Hitchcock, Tippi Hedren se raconte simplement. Comme femme. Délicieux.

Tippi Herden et Alfred Hitchcock
© BelgaImage
Diffusion le 18 septembre à 20h55 sur Arte

Mannequin à l’origine pour les plus grands couturiers, Tippi Hedren fait partie, avec Grace Kelly, Kim Novak, Eva Marie Saint ou encore Janet Leigh de la collection fameuse des “blondes glaciales” qui obsédaient quasi jusqu’à la folie le génie du suspense, Alfred Hitchcock. L’immense réalisateur, soupçonné d’impuissance, ne se cachait d’ailleurs pas de ses obsessions sexuelles. C’est lui qui mettra le pied de Hedren à l’étrier. En 1963, avec Les oiseaux, thriller horrifique à la tension inégalable et aux multiples interprétations (Jugement dernier, affres de l’inconscience?), elle passe de l’ombre à la lumière et au statut d’actrice incontournable de Hollywood, célébrée dans le monde entier.

Voilà pourquoi dans ce documentaire basé sur ses mémoires baptisés simplement Tippi: A Memoir et des entretiens à bâtons rompus avec l’actrice, et raconté à la manière sensible d’une autobiographie, Hitchcock occupe une place importante. D’autant que Tippi a remis le couvert dans un autre grand film du maître, Marnie. Mais c’est une place ambiguë, faite en réalité d’admiration et de dégoût. L’actrice ayant fait les frais de la tyrannie du réalisateur (dans la grande scène du grenier qui s’apparente à un viol, Hedren sera véritablement blessée sur le plateau, Hitch désirant créer une “vraie” terreur), mais aussi d’une agression sexuelle caractérisée de Hitchcock qui s’est littéralement jetée sur elle à l’arrière d’une limousine. Des avances repoussées qui lui ont finalement coûté sa carrière cinématographique. Si elle était loin d’être dupe, sans en conserver un souvenir amer pour autant, Tippi ne se résumait pas au cinéma. Elle est surtout une femme libre issue d’un milieu modeste du Minnesota. Une mère (de Melanie Griffith) et une grand-mère (Dakota Johnson) célèbre. Et une défenderesse très active de la cause animale et du droit des femmes: elle n’a pas hésité à dénoncer le harcèlement subi et à pousser les femmes à résister et s’émanciper. En somme, une femme d’une extraordinaire élégance que sa simplicité à se raconter rend plus grande encore.

Sur le même sujet
Plus d'actualité