Doc Shot: la violence armée aux Etats-Unis sous un autre angle

Focus sur la violence par arme à feu aux USA vue par les médecins au chevet des victimes.

des manifestants contre la violence armée aux Etats-Unis
© RTBF
Diffusion le 15 septembre à 22h15 sur La Une

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Aux États-Unis, chaque jour, en moyenne 318 personnes sont blessées ou tuées par balle, soit 116.000 par an (dont 35.000 décès). ­Selon le groupe de recherche Gun ­Violence Archive, 2020 et 2021 ont ­même battu des records en la matière. Mais alors que la politique américaine brille par son immobilisme, sur le terrain, il faut bien s’occuper des victimes.

C’est ainsi que Doc Shot propose ici un documentaire original puisqu’il s’intéresse aux chirurgiens traumatologues ­chargés de les sauver. Leur point de vue est rarement mis en valeur, alors qu’ils jouent un rôle essentiel. Ce manque de visibilité est-il dû à la vision insoute­nable de l’horreur à laquelle ils font face? Car leur quotidien est pour le moins éprouvant, avec des opérations à la ­chaîne, ­même dans des cas a priori ­désespérés (parfois plus d’une dizaine de balles ­encaissées par les victimes). Et si dans des villes comme Philadelphie, 80 % des victimes survivent, il y a aussi leurs ­séquelles qu’il faut prendre en charge. Se dessinent ainsi une série de vies bouleversées, qu’il s’agisse des ­médecins, des victimes ou plus largement de leurs ­communautés. Une succession de ­drames et de traumatismes, sans oublier l’impact psycholo­gique, physique, voire économique (des familles sont ruinées, bien au-delà des coûts médicaux). Le tout raconté sur un ton neutre, sans ­vouloir donner des ­solutions. Ce documentaire fait simplement un compte rendu de cette catas­trophe et un constat: avec autant d’armes en circulation, pas étonnant que les USA ­comptent tant de morts et de blessés. Une situation qui amène d’ailleurs ces chirurgiens et ces ­familles à promouvoir la lutte contre ces violences, dans l’espoir d’être un jour ­entendus pour qu’enfin les autorités américaines réagissent.

Sur le même sujet
Plus d'actualité