Les Combattantes, digne successeur du Bazar de la Charité?

Les combattantes, la nouvelle série de TF1 coproduite avec la RTBF et Netflix, met en lumière le rôle des femmes pendant la Première Guerre mondiale. Une réussite.

Les Combattantes la nouvelle série de TF1 coproduite avec la RTBF et Netflix
© RTBF
Diffusion le 13 septembre à 20h25 sur La Une

Septembre 1914. Les Allemands grignotent du terrain à l’est dans les Vosges et pour­suivent leur progression en France, avec un objectif: rallier Paris. Très proche de la ligne de front, Saint-Paulin s’organise avec, par exemple, la transformation du couvent en hôpital militaire. C’est dans cette petite bourgade que quatre femmes vont voir leur destin basculer. Caroline (Sofia Essaïdi) doit ­prendre en charge la direction de l’usine familiale pendant que son mari part faire la guerre et résister aux manipulations de sa belle-famille tandis qu’Agnès (Julie De Bona), la mère supérieure, remet en question ses choix de vie et que Suzanne (Camille Lou) se cache, poursuivie par la police, en attendant un hypothétique voyage vers la Suisse. Et que le bordel du ­village accueille une nouvelle occupante en la personne de Marguerite dont les intentions semblent différentes de ce qu’elle prétend.

Une intrigue qui vous prendra aux tripes dès les pre­mières minutes, sachant qu’il est très rare qu’une fiction explore le destin de femmes pendant la Première Guerre mondiale. Pourtant, leur rôle a été primordial: les ­hommes étant sur le front, ce sont elles qui les ont ­remplacés dans les usines et les champs. Une période charnière pour la condition féminine brillamment illustrée et pour laquelle TF1 – en partenariat avec la RTBF et Netflix – a mis la main au ­portefeuille avec un budget de 20 millions d’euros. Des chiffres un peu fous pour la fiction française mais à la hauteur de l’ambition: la chaîne veut faire des Combattantes le digne ­successeur du Bazar de la Charité, sa première production en ­costumes d’époque diffusée il y a trois ans et carton d’audience. Pour assurer sinon le succès mais au moins la visibilité de cette nouvelle série, la production a d’ailleurs choisi de reconduire le casting principal du Bazar, en enrôlant Audrey Fleurot, Camille Lou et Julie De Bona. Une volonté assumée selon Anne Viau, directrice de la fiction à TF1, “de faire plaisir aux téléspectateurs qui avaient envie de retrouver ces héroïnes, dans des époques et des rôles différents”. Et surtout, un soin particulier a été apporté au décor: objets récupérés via des musées et des collectionneurs, costumes, rue de village reconstituée, on se croirait de retour en 1914. Une réussite totale.

Sur le même sujet
Plus d'actualité