"Pensionnés à 25 ans": la nouvelle émission de la VRT fait polémique

Dans FIRE : vroeg op pensioen, on découvre comment quelques jeunes flamands se sont débrouillés via économies, placements, spéculation et/ou investissements pour ne plus devoir travailler.

l'affiche de l'émission controversée vroeg op pensioen
Les jeunes de FIRE: vroeg op pensioen. (@VRT Max)

Cela vous dirait d’arrêter de travailler et de vivre de vos investissements, profits et autres rentes ? Et si vous aviez pu faire ça avant vos 30 ans ? C’est le sujet d’une nouvelle docu-série proposée par la VRT sur sa plateforme de streaming, VRT Max, l’équivalent flamand d’Auvio. Dans FIRE : vroeg op pensioen, (littéralement " plus tôt à la pension "), on découvre le mouvement FIRE qui donne son nom au programme.

Il s’agit de l’acronyme de Financial Independence, Retire Early (Indépendance financière, retraite précoce). Parti des États-Unis, où il est populaire chez les ados et jeunes en début de vingtaine, ce mouvement prône d’épargner au maximum, soit en essayant de gagner beaucoup d’argent rapidement et/ou en limitant les dépenses au strict minimum, afin d’investir au plus vite et ne plus avoir besoin de travailler le plus vite possible. Plusieurs convaincus par cette philosophie se retrouvent donc retraités dans la vingtaine ou la trentaine.

Les méthodes varient. Certains visent une version dont l’objectif principal est l’arrêt du travail, et visent une vie nécessitant peu de dépenses, et donc peu de revenus. D’autres essayent d’emmagasiner le maximum d’argent possible pour une vie opulente et sans job…

Dangereux

Dans FIRE: vroeg op pensioen, les caméras suivent 6 jeunes Flamands qui ont donc tout fait pour arrêter de travailler. Il y a Gaetan, 26 ans, qui travaille encore quelques heures par jour à faire des investissements, mais se considère à la retraite puisqu’il consacre son temps aux loisirs. Stefan, lui, s’est installé en Bulgarie dans un appartement au loyer bien inférieur à ceux pratiqués en Belgique et se contente de peu. De l’autre côté du spectre, Stijn est devenu riche grâce aux cryptomonnaies, qui l’ont rendu millionnaire et vit aujourd’hui en Thaïlande.

Cette mini docu-série de 4x30min, rattachable à la stratégie de la VRT essayant d’attirer de plus en plus les jeunes a, sans surprise, fait grand bruit sur les réseaux sociaux. Le programme est largement critiqué pour sa promotion de mauvais exemples, notamment de ceux qui ont investi à risque ou spécule pour arriver à la situation financière désirée.

La FSMA, Autorité des services et marchés financiers, a déclaré dans L’Écho que la série montre un monde "où l’on investit à court terme, alors que selon nous, il faut se montrer critique et investir sur le long terme. Le message envoyé par le reportage est dangereux pour les jeunes et va à l’encontre de nos recommandations."

Même le ministre flamand de l’Audiovisuel, Benjamin Dalle, a demandé au service public néerlandophone de réagir. La VRT s’est défendue en soulignant qu’il ne s’agissait pas d’un programme éducatif ou d’un mode d’emploi, mais bien d’un documentaire/reportage.

Sur le même sujet
Plus d'actualité