Marianne, parfait croisement entre Capitaine ­Marleau et Munch

Dans Marianne, Marilou Berry incarne une juge d’instruction pas comme les autres. Un régal.

Marilou Berry dans MARIANNE
© France TV
Diffusion le 4 septembre à 20h50 sur La Une

Un matin, Jimmy est retrouvé pendu dans son bar. La mise en scène laisse penser à un ­suicide, mais très vite, on ­découvre que l’homme a été assassiné, ce que confirme l’autopsie. Officier de ­police judiciaire, Raphaël Pastor est chargé de l’enquête, accompagné de la juge d’instruction Marianne Vauban. Leurs investigations vont les mener à la fois dans le monde équestre et dans le milieu de la danse country. Un scénario plutôt classique mais qui dès les premières ­minutes nous attrape et nous empêche de zapper, d’autant qu’un fil rouge se ­déroule au long des six épisodes que compte cette première saison: il y a dix ans, une prostituée a été assassinée. ­Aujourd’hui, Madame la juge veille de loin sur son orphelin et cherche par tous les moyens à mener à bien l’enquête.

Et surtout, Marianne peut compter sur la présence lumineuse de Marilou Berry. Une actrice trop souvent cantonnée aux seconds rôles et qui dévoile ici toute l’étendue de son talent, n’hésitant pas à modifier son apparence pour la cause, affublée de cheveux crépus et d’une énorme paire de lunettes.

Son formidable personnage pourrait vous faire penser à une autre juge, bien réelle celle-ci: Anne Gruwez. Marianne est en effet librement inspiré du documentaire Ni juge, ni soumise (réalisé par Jean Libon et Yves Hinant et primé aux César), qui avait révélé la magistrate au grand public. Au volant de son emblématique 2 CV, on retrouve le même ­caractère, le même franc-parler (cer­taines répliques vous feront vraiment ­rire) et les mêmes méthodes, parfois ­surprenantes, et surtout la volonté de rendre la justice plus humaine. Un ­succès quasiment assuré pour Marianne, parfait croisement entre Capitaine ­Marleau et Munch, qui sera également diffusé mardi soir sur France 2.

Sur le même sujet
Plus d'actualité