Le Canard à l’orange: une délicieuse pièce de théâtre… depuis la maison

Nicolas Briançon revisite brillamment un chef-d’œuvre du comique britannique.

LE CANARD A L'ORANGE
© France 2
Diffusion le 11 août à 21h10 sur France 2

Ce Canard à l’orange est une ­comédie mythique du théâtre de boulevard anglais. Écrite en 1967 par William Douglas-Home, elle trouve ici un second souffle grâce à la mise en scène rafraîchissante de Nicolas Briançon. Également à l’affiche, le comédien donne la réplique à une ­distribution impeccable composée d’Anne Charrier, Sophie Artur, Alice Dufour et François Vincentelli. L’his­toire est aussi universelle que cocasse: Hugh Preston est un animateur vedette de télévision. Volage et alcoolique, il est marié depuis 15 ans avec Liz. Après des années d’infidélité, Hugh apprend que sa femme a un amant. Elle compte même partir avec lui dimanche matin. Comme on dit: tel est pris qui croyait prendre. Contre toute attente, le mari trompé se lance alors dans une reconquête complètement farfelue. Joueur et optimiste, il propose à son épouse de prendre tous les torts à sa charge dans leur futur divorce si celle-ci accepte de le surprendre au lit avec sa secrétaire. En bonus, il invite l’homme avec qui elle entretient une aventure à venir passer le week-end au domicile conjugal. Plus la tactique est farfelue et plus ça fonctionne. Liz ­accepte et le piège se referme. Ce qui se joue devant nous, c’est une remarquable partie d’échecs dont on connaît le gagnant par avance. Tel un fou prêt à tout pour sauver sa reine, Nicolas Briançon nous sert sur un plateau d’argent un ­texte plein d’esprit et de drôlerie. Il ­incarne le personnage de Hugh avec ­malice, machiavélisme et cabotinage. Les répliques fusent et sont implacables. Face à lui, des comédiens qui livrent une ­interprétation de haut vol. Même si elle n’est pas de la première jeunesse, la pièce reste un classique à avoir vu au moins une fois dans sa vie. Cette nouvelle ­recette du Canard à l’orange enregistrée au Théâtre de Paris est parfaitement ­maîtrisée et se savoure les yeux fermés.

Sur le même sujet
Plus d'actualité