Pourquoi la Baie de Somme se désagrège si vite

Compte rendu des dangers qui menacent de faire disparaître la région de la baie de Somme dans ce nouvel épisode de Sale temps pour la planète.

SALE TEMPS POUR LA PLANÈTE
© France TV
Diffusion le 3 août à 21h00 sur France 5

Le bord de mer picard est la perle des côtes du nord de la France. En quelques kilomètres, on passe des falaises blanches surplombant l’océan aux plages infinies de sable fin. Entre les deux, la sublime baie de Somme avec ces villages typiques et sa riche biodiversité. Mais profitez bien de la vue parce que ces images d’Épinal sont menacées par une mer tantôt invasive, tantôt en recul. C’est l’enseignement de ce numéro de Sale temps pour la planète qui, grâce à l’aide d’habitants et de scientifiques, tente de comprendre pourquoi ce littoral se désagrège si vite.

À Ault, des quartiers sont tombés en ­même temps que les falaises rongées par l’eau. Seule la bétonisation de la plage permet d’enrayer le phénomène, mais ­impossible de le faire partout, au grand désarroi de ceux qui sont encore exposés. À Fort-Mahon, les maisons de ­vacanciers sont construites au plus près de l’eau, malgré une mer qui gagne du terrain. Non-sens ou ressource économique ­indispensable? Quoi qu’il en soit, cela condamne la commune à ramener sans arrêt du sable pour les protéger. Un travail de Sisyphe et un gouffre financier. À ­Cayeux, situation similaire, sauf que la zone est bien plus submersible car construite près d’anciens étangs. Puis il y a la baie, artificiellement réduite suite à la construction d’une ligne de chemin de fer touristique, alors qu’elle allait loin dans les terres avant cela, jusqu’à ­Abbeville. Depuis, elle ne cesse de s’ensabler.

Ces évolutions, analysées méthodiquement, nous éclairent sur l’avenir de cette côte qui en représente tant d’autres grâce à sa diversité, avec tous les enjeux qui en découlent. Petite tache au tableau de ce docu réussi: les dix dernières minutes, consacrées aux projets écolo-résilients de la région, sans lien fort avec les problèmes côtiers. Bizarre, ce dernier sujet qui ­tombe comme un cheveu dans la soupe.

Sur le même sujet
Plus d'actualité