Michel Cymes et Adriana Karembeu délivrent le plaisir féminin

Le duo Cymes/Karembeu lève le tabou sur le désir sexuel féminin sous toutes ses formes.

Cymes et Karembeu
© France TV
Diffusion le 12 juillet à 21h10 sur France 2

Aujourd’hui, 28 % des Européennes se disent sexuellement insatisfaites, et même 35 % en France. Il faut dire qu’il y a de quoi. L’omerta et les stéréotypes sur le sujet impactent sérieusement leur bien-être. L’éducation sexuelle est si faible que 20 % des Françaises ignorent tout du clitoris, et la recherche a 30 ans de retard sur la sexualité féminine par rapport à la masculine. Bilan: une Française sur deux atteint difficilement l’orgasme, et une bonne partie d’entre elles simulent.

Pour briser la glace, Michel Cymes et Adriana Karembeu enchaînent expériences scientifiques et rencontres afin de montrer ce que pensent les femmes et comment fonctionne le plaisir féminin. Avec une caméra oculométrique, par exemple, ils montrent que le regard des hommes et des femmes est attiré par des zones sensiblement différentes du corps de l’autre. Des ateliers pour ados ou adultes tentent de combler les manquements de l’école en matière d’éducation sexuelle, tout comme des profils Instagram très suivis. Et le résultat est là. Les études montrent que cette sensibilisation aide à contrer les comportements sexuels à risques. Les gens apprennent enfin à connaître la forme et le rôle du clitoris. Des psys et sexologues se chargent, quant à eux, d’écouter le mal-être des femmes, que ce soit à 18 ans, à l’âge de la maternité ou plus tard. Car dans chaque cas, les tabous agissent comme de véritables poisons. Pourquoi la sexualité féminine serait-elle condamnée après 50 ans? Seule la stigmatisation du plaisir féminin l’explique. Enfin, à la recherche d’une meilleure libido, France 2 fait le tour des solutions à disposition, toujours au crible de la science (produits et techniques en tous genres, hygiène de vie, etc.). On applaudit chaudement cette initiative, non seulement instructive, riche, positive et assez exhaustive mais aussi à grand intérêt sociétal. Une contribution salutaire pour décomplexer les discussions sur le sujet et avancer dans un débat toujours sclérosé.

Sur le même sujet
Plus d'actualité