Dans la maison qui a marqué l’existence de Bourvil

Une maison, un artiste consacre un numéro à la résidence où se ressourçait Bourvil.

Maison de Bourvil
© DR
Diffusion le 10 juillet à 22h40 sur France 5

D’abord lancée en 2011 sous le titre Une maison, un écrivain, l’émission qui se rend aux domiciles de personnalités a élargi son spectre après deux saisons, et rencontre un succès continu depuis. Avec un petit changement cet été, puisque Patrick Poivre d’Arvor, animateur depuis les débuts et contraint de faire un pas de côté, laisse sa place à Isabelle Motrot. C’est donc cette ex-chroniqueuse de Laurent Ruquier qui commente désormais l’histoire de ces résidences. Inédit, cet épisode nous emmène à trente-sept kilomètres de Paris, à Montainville. Là où Bourvil acheta en 1955 une maison surplombant une colline, où il passa six mois par an jusqu’au cancer qui allait l’emporter en 1970, à 53 ans. Entre tournages et tournées théâtrales, l’acteur du Corniaud et de La grande vadrouille venait y souffler et retrouver un petit parfum de sa nature normande. Servant de guides, ses fils Philippe (propriétaire actuel du lieu) et Dominique Raimbourg, âgés de 69 et 72 ans, abordent le quotidien d’un père obstiné, passionné et toujours sérieux dans son travail, mais bien présent dans le privé, ainsi que pour leur mère Jeanne. Ironie du sort, celle-ci décédera en 1986 dans un accident de voiture en se rendant sur la tombe de son défunt, située dans ce hameau de cinq cent âmes.

Sa nièce, ainsi que Danielle Thompson, scénariste des deux films précités, Marina Vlady (sa partenaire dans Les bonnes causes) et le cinéaste autodidacte Xavier Beauvois (Des hommes et des dieux) sont les autres intervenants. Au cours de 26 minutes nourries d’illustrations et d’archives dotées d’une touche belge, des éléments provenant des collections de Vincent Taloche, du Musée Bourvil de Froidchapelle et du duo Annie & Pascal Delmotte, auteurs de Bourvil, ça va, ils sont contents.

Sur le même sujet
Plus d'actualité