Somebody Somewhere, une excellente "dramédie"

Dans Somebody Somewhere, Sam va progressivement se reconstruire dans sa ville natale: Manhattan, Kansas.

somebody somewhere
© Prod.
Diffusion le 7 juillet à 20h30 sur Be1

Après le décès d’une de ses deux sœurs, celle dont elle était la plus proche, Sam, quadragénaire, ne sait plus trop quoi faire de sa vie. Elle était revenue dans sa petite ville natale de Manhattan, Kansas, pour s’occuper d’elle. Mais depuis son départ, Sam continue de dormir dans le divan et rend fréquemment visite à sa mère alcoolique et son père agriculteur qui préfère nier les problèmes de sa femme, tout comme sa sœur, commerçante catho et pleine de reproches. Elle a trouvé un travail peu enthousiasmant de correctrice de tests standardisés et c’est là qu’elle fera la (re-)rencontre de Joël, avec qui elle sortait à l’école. Étonnant personnage, à la fois très religieux et gay, il lui redonnera progressivement goût à la vie, notamment en la faisant sortir de chez elle, rencontrer des gens mais aussi chanter, sa passion de toujours.

Avec des thèmes pas forcément réjouissant tels que le deuil, l’homosexualité dans les régions conservatrices ou encore la crise de la quarantaine, Somebody Somewhere est pourtant très drôle. La série parvient à faire passer humour et légèreté à travers ces thèmes et virevolte avec brio entre drame et comédie. Un équilibre qu’on doit notamment à la géniale Bridget Everett, interprète principale, dont la vie a inspiré l’histoire de la série. Humoriste de stand-up connue pour son bagout et ses chansons, elle conserve ici, mais tout en retenue, la jovialité qui a fait son succès. Et si elle fait la force de chaque épisode, c’est aussi grâce aux brillants acteurs qui l’entourent, dont Mike Hagerty (le fameux concierge de Friends) dans le rôle du père, dont ce fut le dernier tournage avant son décès en mai 2022. Une série à placer dans la droite lignée des excellentes “dramédies” de ces dernières années comme Better Things ou Insecure, avec un petit côté film indépendant en plus.

Sur le même sujet
Plus d'actualité