Focus sur des pépites architecturales et leurs histoires extraordinaires

Derrière les grands bâtiments, souvent se cache une partie de ceux qui les ont érigés. À découvrir dans "Les Bâtisseurs de génie" sur France 5.

LES BÂTISSEURS DE GÉNIE
© France TV
Diffusion le 3 juillet à 20h55 sur France 5

Si les murs pouvaient parler, qu’ils en auraient des choses à raconter! Surtout ceux que nous allons visiter ce soir à travers l’Hexagone. Ce documentaire nous emmène dénicher quelques pépites architecturales plus ou moins connues et retracer leurs histoires extraordinaires. Car ces vieilles pierres, parfois très surprenantes, le sont autant par leur silhouette que par leur genèse.

Derrière leurs façades, c’est surtout la vie de leurs bâtisseurs, leurs rêves et les coups que la vie leur a portés qui se dévoilent ce soir. C’est ainsi qu’on découvre le Palais idéal, véritable patchwork culturel qui avec ses airs de temple asiatique nous ferait presque oublier qu’on est dans la Drôme. Une œuvre d’architecture naïve (la seule au monde pour André Malraux) que l’on doit à un homme simple, Ferdinand Cheval. Facteur, c’est au détour d’une tournée au cours de laquelle une pierre l’envoie au sol qu’il décide de matérialiser son rêve de bâtir cet étrange monument. Seul, il mettra 33 ans pour achever sa construction. Le tout accouchera d’un ensemble surréaliste où les inspirations bibliques ou orientales côtoient chalet suisse et temple hindou. Plus loin, c’est une peine de cœur qui sert de point de départ à la visite du château de Bonaguil, celle de Bérenger de Roquefeuil. C’est ici la mort de son épouse qui servit de déclencheur à ce puissant seigneur du Quercy pour entamer l’édification de la forteresse. Une thérapie par les pierres qui dura 15 ans, transformant la simple bastille en place forte imprenable. De quoi donner du grain à moudre à n’importe quel psychanalyste puisque le château de Bonaguil ne fut finalement jamais attaqué par qui que ce soit. Vous l’aurez compris, en poussant la porte de ces édifices hors du commun, c’est leurs créateurs que l’on rencontre.

Sur le même sujet
Plus d'actualité