Penissimo, le documentaire sur le sexe qui se voulait fort

Penissimo se penche sur la masculinité toxique en remontant aux origines de ses stéréotypes.

Penissimo
© Prod.
Diffusion le 29 juin à 22h55 sur Arte

De tout temps, le pénis a été l’objet de ­cultes, de l’Égypte et de la Grèce antique au Japon shintoïste. En Asie du Sud-Est, des perles sont incrustées dans le prépuce (vous avez bien lu!) et dans de nombreux pays musulmans, ne pas être circoncis est inconcevable. Le zizi, c’est du sérieux et pour cause: il sert à s’affirmer en tant que sexe fort. Une conception loin d’être anodine puisque ce besoin de se sentir plus viril a de multiples conséquences négatives sur les hommes. C’est ce que montre plus largement Arte après 15 minutes d’histoire du pénis, à travers une analyse de la masculinité toxique sous toutes ses coutures. La sensibilité est refoulée, les homos sont rejetés voire condamnés, le patriarcat opprime les femmes mais aussi les hommes s’écartant de la “norme” ou se disant féministes, etc. En examinant les ressorts et les effets sociologiques de ce modèle masculin, Penissimo dénonce la perversité inattendue et prégnante de nos clichés. Une invitation salutaire à briser le tabou à travers les témoignages d’hommes qui remettent en question une société encore très affectée par ce problème.

Sur le même sujet
Plus d'actualité