Le mystère de l’homme de Denisova, l’autre espèce humaine

Près de quinze ans après la découverte d’une nouvelle espèce humaine, des secrets demeurent.

LE MYSTÈRE DE DENISOVA
© Prod.
Diffusion le 23 juin à 21h00 sur France 5

Un os aura suffi à provoquer des dizaines de recherches et ­expéditions aux quatre coins du monde. Dans le massif de l’Altaï, au sud de la Sibérie, la grotte de Denisova est explorée depuis les années 70. Mais tout change lors de l’été 2008, quand une équipe de fouille russe y trouve un os minuscule. “On a tout de suite vu que c’était un fragment d’être humain”, se souvient Maxim Kozlikin, de l’Institut d’archéologie et d’ethnographie de ­Novossibirsk. Pour être plus ­précis, il s’agit d’une phalange de l’annulaire d’une main. Envoyé à l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutive de Leipzig, le seul au monde capable d’entreprendre l’analyse génétique d’une trace vieille de 40.000 ans avant notre ère, le fragment est étudié sous toutes les coutures. Pendant deux ans, une équipe allemande s’attaque à l’ADN de l’os pour finalement en déduire qu’il n’est ­issu ni d’un Homo sapiens, ni d’un homme de Neandertal.

Il s’agit donc d’une nouvelle espèce ­humaine, et dans ce cas-ci d’une petite fille âgée d’environ sept ans. Elle sera baptisée Denisova. Cette découverte pro­voque une révolution dans le monde de la recherche puisque, pour la pre­mière fois, on comprend qu’il a un jour existé plusieurs espèces humaines.

C’est le début d’un travail colossal dont l’objectif est de comprendre l’origine de l’homme de Denisova, son aspect phy­sique, son style de vie et ce qu’il pourrait nous apprendre sur notre propre his­toire. Ce documentaire sert un peu d’état des lieux des avancées scienti­fiques. Contraint d’utiliser de nom­breuses ­images prétextes vu les théma­tiques à la fois ancestrales et scienti­fiques, le réalisateur parvient malgré tout à garder le spectateur en haleine grâce à des enchaînements dynamiques.

Sur le même sujet
Plus d'actualité