La grande fête du shah en 1971, la démesure

Découverte des coulisses de la fête de Persépolis en 1971, prélude à la fin de l’empire iranien.

Iran : l'exubérant banquet du shah
© Prod
Diffusion le 18 juin à 21h50 sur La Trois

Il y a près de 50 ans, le gouvernement iranien émet l’idée de célébrer les 2.500 ans de la fondation de la Perse comme il se doit. Le plan: installer dans l’ancienne capitale en ruine Persépolis un immense ­complexe pour y inviter des dizaines de têtes couronnées et de chefs d’État. En quelques jours, l’Iran dépense l’équivalent de deux ans de budget suisse pour des spectacles dantesques et des banquets comme le monde n’en a plus vu depuis. Un événement destiné à faire entrer l’Iran dans la cour des grands et qui, de l’avis général, a finalement contribué à sa chute. Pour démontrer cet effet de boomerang, ce docu interroge autant les organisateurs que les participants ou encore les opposants à ces commémorations, le tout avec les images de ce moment historique.

Évidemment, on est frappé par cette description en détail de l’exubérance de ces festivités. Le gotha apparaît comme en colonie de vacances, avec des ­tentes conçues comme des maisons, un golf et des arbres en plein désert, la fine fleur de la gastronomie mondiale, etc. En coulisses, c’est constamment la panique, les imprévus étant légion. À côté, il y a la misère des Iraniens, écartés de ces célébrations (51 % d’entre eux vivaient sous le seuil de pauvreté). Certains sont fiers du rayonnement de leur pays. Mais d’autres sont absolument révoltés par tant de débauche, alors que le régime réprime l’opposition.

On a donc ici un portrait assez complet de cet événement phare. Le docu présente tous les points de vue, tout en restant lucide sur la présentation des faits, ce qui nous permet autant de comprendre le point de vue du shah que celui de ses adversaires. Au final, il offre un bon état des lieux du régime impérial iranien à son crépuscule.

Sur le même sujet
Plus d'actualité