Patrick Dewaere, d’un drame à l’autre

Le temps d’une histoire évoque le destin tragique de l'acteur français, raconté par sa fille Lola.

Patrick Dewaere
© Prod.
Diffusion le 27 mai à 22h55 sur La Une

Il était attendu sur le tournage d’Édith et Marcel, de Claude Lelouch, où il devait incarner Marcel Cerdan, le grand amour d’Édith Piaf. Mais, tout comme le boxeur, décédé dans un accident d’avion alors qu’il rentrait en France pour retrouver sa compagne, Patrick Dewaere ne sera pas au rendez-vous : le 16 juillet 1982, il se suicide d’un coup de carabine, à seulement 35 ans. Épilogue tragique, mais pas si surprenant que ça, pour cet homme tourmenté chez qui le grand talent de comédien ne suffisait pas à compenser les blessures personnelles qui le hantaient. Dès l’enfance, déjà, les choses semblaient compliquées pour lui : sa mère, Mado Maurin, non seulement lui ment sur ses origines, mais le déscolarise pour l’enrôler dans sa troupe d’artistes où, avec ses autres enfants, elle forme le groupe des “Petits Maurin”.

Le cinéma, pourtant, aurait pu lui apporter une belle revanche sur une jeunesse difficile. À commencer par l’immense succès du sulfureux Les valseuses, de Bertrand Blier, où le public découvre une future icône du grand écran, aux côtés de Gérard Depardieu. Suivront de nombreux films dans lesquels il s’illustrera avec brio (Coup de tête, Beau-père, F… comme Fairbanks), mais sans jamais parvenir à se débarrasser de ses tourments intimes, entre dépression, addiction à la drogue et relations conflictuelles avec la presse.

Quarante ans après sa mort, sa fille Lola (elle-même actrice) s’adresse à lui dans Patrick Dewaere, mon père mon héros, pour raconter, avec pudeur et émotion, ce père disparu trop tôt. Agrémenté d’entretiens sonores inédits et des témoignages de ses amis les plus proches, le documentaire revient sur le parcours complexe d’un acteur au destin fulgurant qui, malgré sa mort prématurée, n’a rien eu d’une étoile filante.

Sur le même sujet
Plus d'actualité