Tommaso Buscetta, un infiltré dans la mafia sicilienne

Le Traître, biopic magistral, retrace la vie de Tommaso Buscetta. Un ponte de la mafia sicilienne qui a brisé l’omerta.

Le Traître
© Lia Pasqualino / Kavac Film
Diffusion le 22 mai à 21h10 sur ARTE

Tommaso Buscetta avait tout d’un personnage de polar, sauf qu’il n’avait rien de fictif: actif à Palerme pour le compte de la Cosa Nostra, l’homme a longtemps participé aux basses œuvres de cette organisation criminelle. Jusqu’au jour où une sanglante guerre des clans initiée par le sinistre Toto Riina va le pousser à collaborer avec le célèbre juge Giovanni Falcone. Pour la justice, il deviendra un repenti, pour les membres de la mafia, il sera un traître. Ses confessions contribueront à boucler un bon nombre de ses anciens complices, dans un méga-procès retentissant au milieu des années 80. Lui bénéficiera d’une seconde vie aux États-Unis, grâce au programme de protection des témoins, sous une nouvelle identité et avec un recours à la chirurgie esthétique pour modifier son apparence.

Rien d’étonnant à ce qu’un tel parcours finisse par inspirer le cinéma. Marco Bellocchio, dont une bonne partie de l’œuvre se veut scrutatrice de la société italienne, a développé de manière magistrale dans Le traître le portrait complexe et fascinant d’un mafieux et de son milieu. En prenant toujours soin de ne pas verser dans la fascination malsaine, rappelant ponctuellement dans son film que Buscetta n’était pas un enfant de chœur. Pierfrancesco Savino, comédien célèbre en Italie, prête ses traits au repenti et livre une prestation saisissante de mimétisme. On le retrouve également dans le passionnant documentaire de deuxième partie de soirée, agrémenté de nombreuses archives et interviews. Ainsi que de quelques anecdotes sur le tournage du film, dont une concernant les figurants de la scène du méga-procès, parmi lesquels avaient voulu se glisser de vrais repris de justice au pedigree plutôt inquiétant. Rappelant ainsi que la mafia, loin de la fiction, reste une réalité qui gangrène toujours l’Italie.

Sur le même sujet
Plus d'actualité