We Own This City: vingt ans après The Wire, retour à Baltimore

Retour sur une affaire récente de corruption et d’escroquerie au sein de la police de Baltimore par le créateur de la série culte The Wire.

We own this city
© Prod.
Diffusion le 5 mai à 20h30 sur BeTV

David Simon est aujourd’hui un des poids lourds de la fiction à la télévision. Sur écoute (The Wire), sa série sur le trafic de drogue à Baltimore, est souvent citée comme la “meilleure série de tous les temps”. Depuis, il n’a pas chômé. Treme montrait comment La Nouvelle-Orléans s’est reconstruite, au propre comme au figuré, après l’ouragan Katrina. The Deuce narrait l’essor du porno dans les années 70 et 80 à New York. Que du bon.

Simon revient aujourd’hui à son sujet de prédilection, Baltimore, en adaptant en minisérie de 6 épisodes We Own This City, le livre d’un ­journaliste du Baltimore Sun, où il a travaillé également. Cette fois, ce sont les travers de la police de la Gun Trace Task Force, une équipe de flics chargée de débusquer les armes à feu illégales, laquelle, en 2017, a été reconnue coupable d’extorsion. On assiste à l’enquête qui provoqua la chute de cette brigade, mais on découvre également les raisons et le cadre qui ont poussé ces agents à agir de la sorte.

Dans le rôle du meneur de cette division corrompue, Jon Bernthal (The ­Walking Dead, The Punisher) excelle, entouré d’un très bon casting de seconds rôles. La comparaison avec The Wire est inévitable, surtout que ceux qui interprétaient des dealers à l’époque incarnent… des policiers. La série We Own This City n’est peut-être pas aussi fine que son aînée, elle n’en reste pas moins passionnante et très forte, notamment grâce à un style de ­réalisation naturel et réaliste, qu’on doit cette fois à Reinaldo Marcus Green, metteur en scène de La méthode Williams.

Sur le même sujet
Plus d'actualité