"Je ne suis pas gay": l’émission homophobe qui fait le buzz en Russie

Huit hommes enfermés ensemble. L’un d’eux peut gagner deux millions de roubles s’il parvient à cacher aux autres participants son homosexualité. Voici le concept répugnant d’une nouvelle émission de téléréalité russe, présentée par un député d’extrême-droite.

guerre Ukraine Russie homophobie émission téléréalité préjugés extrême droite droits de l'homme
Image de l’émission « Je ne suis pas gay » © YouTube

"Trouver un homosexuel dans ce pays, c’est comme trouver un McDonald’s qui marche. Il y en a certainement, mais pas beaucoup et peu de gens les connaissent". Dès la voix off introduisant le premier épisode, le ton est donné.

Prenez Secret Story, ajoutez-y une pincée de Koh-Lanta. Noyez le tout sous des litres d’homophobie la plus crasse, et vous obtenez le concept de "Я не гей"  ("Je ne suis pas gay"). Diffusé depuis le 25 avril sur Youtube, ce programme de téléréalité russe a déjà été visionné par plus d’un million de personnes. L’émission met en scène huit hommes, enfermés ensemble à l’écart du monde extérieur.

Un député d’extrême-droite comme animateur

Parmi eux, un blogueur, un spécialiste en arts martiaux, un sexologue tatoué, et…un horrible menteur qui cache son homosexualité. L’urgence est évidemment de le démasquer. Pour ce faire, vont s’enchaîner des épreuves basées sur les préjugés les plus minables- réaction d’un candidat à une stripteaseuse ou un stripteaseur tiré au sort, identification à l’aveugle et au toucher d’un fessier féminin ou masculin (avec trophée d’immunité à la clé). À la fin de chaque épisode, un des hommes est éliminé. Si les candidats finissent par trouver "l’intrus" du groupe, ils gagnent deux millions de roubles (27.000 euros).

Dans la bande annonce, l’un des présentateurs de l’émission, Vitali Milonov, motive les troupes. "J’espère que vous allez rapidement démasquer l’homosexuel", lâche-t-il, accompagnant le propos d’un geste "où il fait semblant de se trancher la gorge", comme le décrit le Times.

Rien de vraiment extraordinaire pour cet homme qui a naguère expliqué que les homosexuels devaient être stérilisés et gardés dans des chenils comme des rats. "Un morceau de merde n’est pas dangereux, mais c’est assez désagréable à voir dans les rues", déclarait-il dans un documentaire de la BBC "Extreme, Russia – Gay and Under Attack".

Vitali Milonov est par ailleurs député de la Douma (la chambre basse du parlement russe). Il s’est également illustré en mettant en place des lois de propagande anti-gay dans son pays. Celles-ci empêchent notamment d’enseigner l’existence des homosexuels dans les écoles.

À noter qu’en Russie l’homosexualité n’est pas interdite par la loi. Mais les personnes homosexuelles restent très largement stigmatisées, et les mariages entre personnes de même sexe, interdits.

Sur le même sujet
Plus d'actualité