Dans l’ombre des dunes, le téléfilm sur un flic (trop) passionné

Bruno Salomone incarne un enquêteur appelé à la rescousse dans son propre village.

dans l'ombre des dunes
© Prod
Diffusion le 1 mai à 20h55 sur La Une

Pas toujours simple de trouver un bon équilibre de vie, quand on s’implique dans un travail ­prenant. C’est bien ce que doit constater Pascal Becker (Bruno ­Salomone), un enquêteur parisien de renom qui peine à consacrer du temps à sa femme Julie (Erika Sainte) et à ses deux ados. Un jour, le policier est de retour au domicile familial dans l’intention de ­rattraper le temps perdu, il apprend alors que son paisible village a été le théâtre d’un étrange meurtre. S’il n’envisage pas de s’en mêler, l’homme est pourtant ­rattrapé par Évelyne (Nicole Calfan), la maire qui n’est autre que la belle-mère de son épouse. Car l’affaire, peu reluisante pour l’image de la localité, doit être réglée au plus vite! Pris au dépourvu, Becker n’a d’autre choix que d’accepter la mission et de venir en aide à la police des lieux, peu expérimentée en matière de crime…

En partant de cette trame originale, ­cette fiction signée Philippe Dajoux (réalisateur de la série Le voyageur) nous em­mène dans une histoire captivante, assez riche en rebondissements et abordant des thèmes en vogue, comme l’écologie, la chasse ou même l’autosuffisance alimentaire. Dans une atmosphère ­sombre, ­Salomone démontre pourquoi il est l’un des comédiens les plus réclamés du moment, face à la convaincante Erika Sainte (Les rivières pourpres). Après Virginie ­Efira au cinéma dans Madeleine Collins sorti il y a quelques semaines, l’ancienne icône de Fais pas ci, Fais pas ça forme donc à nouveau un couple avec une ­comédienne belge. Des acteurs ­belges dont il disait de manière assez étonnante: ”Sans flagornerie, leur niveau est aujourd’hui supérieur à celui des Français qui, depuis des décennies, ont pris la mauvaise habitude de chuchoter, par crainte de ne pas être crédibles”. C’est dit…

Sur le même sujet
Plus d'actualité