Ku Klux Klan, une histoire américaine, un documentaire glaçant

Retour sur l’histoire du Ku Klux Klan, de sa naissance à sa triste survie actuelle.

KKK
© BelgaImage
Diffusion le 30 avril à 21h00 sur La Trois

Le plus ancien groupe terroriste des États-Unis est né sur les cendres de l’esclavagisme. À la moitié du XIXe siècle, alors que l’abolition est officialisée, de nombreux propriétaires terriens n’acceptent pas de perdre leur main-d’œuvre ni de voir les Afro-Américains devenir des citoyens à part ­entière et réclamer des droits. C’est à cette époque qu’une société secrète voit le jour dans le Tennessee: le Ku Klux Klan. D’abord pour faciliter le rassemblement des vétérans de la guerre civile qui s’ennuient, mais progressivement aussi pour intimider et provoquer les esclaves affranchis. Jusqu’à en arriver aux lynchages et aux meurtres. Alors que l’esclavage est de l’histoire ancienne, l’organisation terro­riste s’assure la soumission complète des Afro-Américains en les empêchant d’aller voter, d’accéder à l’instruction ou aux soins de santé.

Washington mènera bien une guerre contre le KKK pour le détruire officiellement dans les années 1870, mais les suprémacistes blancs ne disparaîtront pas pour autant. Le groupe va d’ailleurs se doter d’une incroyable capacité à se reformer, notamment au début du XXe siècle, avec la sortie du film Naissance d’une nation, qui dépeint le KKK de façon suffisamment romantique pour séduire de nouveaux membres à travers le pays. Plus tard, dans les années 50-60, c’est en partie grâce à une certaine mansuétude du boss du FBI J. Edgar Hoover que le KKK pourra continuer à exercer la terreur via des attentats. Divisé en deux épisodes, Naissance d’un empire invisible et Résurrections, ce documentaire plonge de façon très détaillée dans les entrailles du groupe terroriste américain. Historiens, spécia­listes de l’extrême droite et même un ­ancien membre du KKK y prennent la parole pour commenter des images d’archives parfois glaçantes.

Sur le même sujet
Plus d'actualité