Fille de paysan, le téléfilm inspiré d’une histoire vraie

Dans Fille de Paysan, Émilie utilise les réseaux sociaux pour sortir sa famille agricultrice d’ennuis financiers.

fille du paysan
© MINTEE STUDIOS
Diffusion le 20 avril à 20h20 sur La Une

Sur la place de l’église, Muriel et Joël Pécourneau sont, comme chaque semaine, derrière leur étal de fruits et légumes. Les deux maraîchers habitent une petite ­ferme voisine avec leurs deux filles Émilie et Lola, unis malgré leurs difficultés financières. Il fait froid ce matin lorsque Philippe débarque, un tas de flyers à la main, pour annoncer la tenue prochaine d’une manifestation à Paris. “Ça va faire du bruit” annonce le syndicaliste. Joël n’a pourtant ni les moyens ni l’intention de s’y rendre. “Tu sais, pour moi ce qui compte, c’est mon boulot et bien élever mes enfants”, lui rétorque-t-il. Un équilibre complètement bouleversé quelques ­heures plus tard, lorsqu’un contrôleur préfectoral lui inflige à lui et sa femme une amende de 7.000 euros pour vente illégale de volaille – l’agriculteur avait vendu au noir un poulet à une voisine pour la dépanner. Pour s’en sortir, le couple décide de se lancer véritablement dans l’élevage de volailles. Émilie, 15 ans, assiste de loin à cette véritable lutte pour la survie familiale. Très active sur le Net, où elle établit notamment une relation virtuelle avec Tommy, elle décide de médiatiser ce qui lui arrive dans l’espoir d’amener le plus de monde ­possible à soutenir sa famille.

Ce film est inspiré d’une histoire vraie, celle de l’authentique Émilie Pécourneau, qui a créé une cagnotte solidaire sur Internet en 2019 pour éponger la dette de ses ­parents agriculteurs, estimée à 430.000 euros. Très touchants, Thierry Godard (Un village français, Engrenages) et ­Carole Bianic (Sans état d’âme, Cherif) sont bluffants de réalisme dans leurs ­rôles de parents aimants et d’exploitants passionnés mais cernés par les ennuis. Une œuvre plus que jamais d’actualité pour sensibiliser sur les difficultés du monde agricole: en 2016, dernières ­statistiques connues, 526 agriculteurs se sont suicidés en France.

Sur le même sujet
Plus d'actualité