"Hôtel du Temps": quand Ardisson interviewe les stars décédées

France 3 fait revivre des célébrités disparues le temps d'une interview avec Ardisson. Un réalisme voulu le plus abouti possible.

Thierry Ardisson avec une image reconstituée de Dalida
Thierry Ardisson avec une image reconstituée de Dalida @France Télévisions

Si Jean Gabin, Lady Diana ou encore François Mitterrand vivaient encore, que pourraient-ils raconter? C’est en résumé le concept de la nouvelle émission de Thierry Ardisson, "Hôtel du Temps", qui fait son grand retour dans le service public en migrant vers France 3. Qualifié du "biopic", le programme utilise des techniques de deepfake pour donner l’illusion que l’animateur interviewe des célébrités mortes, afin de leur donner la parole. Le premier numéro, diffusé le 2 mai prochain, verra ainsi Dalida ressuscitée le temps d’une soirée pour raconter sa vie. Un concept intriguant, fruit de petits bijoux de technologie, qui se réclame d’une approche documentaire et éthique.

Quand "les secondes durent des siècles"

Thierry Ardisson explique la naissance de cette émission par la volonté d’allier culture et divertissement afin que les programmes de la télévision publique, "l’École du Peuple" comme il l’appelle, soient "accessibles au plus grand nombre". "Avec ‘Hôtel du Temps’, j’utilise l’intelligence artificielle pour spectaculariser la Culture et rendre le Savoir captivant. Interviewer des légendes disparues, voilà l’idée. Il faut dire que j’avais interviewé tout le monde. Il me restait l’autre monde", blague-t-il.

Ce fameux "Hôtel du Temps" est en réalité le célèbre Hôtel Meurice de la rue de Rivoli, posté juste devant les jardins des Tuileries à Paris. C’est dans ce cadre luxueux que Thierry Ardisson fait ses interviews. Ici, "les secondes qui durent des siècles (et inversement)". L’animateur rajeunit même de vingt ans à chaque fois qu’il prend l’ascenseur pour retrouver une star. Un voyage dans le temps qui permet de "redécouvrir ces personnalités cultes sous leur apparence la plus iconique à l’occasion d’interviews, de duplex avec d’autres légendes, ainsi que d’archives professionnelles, familiales ou historiques".

Un gros travail technique

Pour rendre cette illusion possible, France Télévisions s’est servie de procédés made in France, certains pour l’image, d’autres pour le son. Pour voir telle ou telle célébrité, la télévision publique utilise une amélioration du deepfake, le "Face Retriever". Il permet d’utiliser les photos de ces stars pour recréer leurs visages et les placer sur les corps de comédiens recrutés pour l’occasion. Selon France Télévisions, c’est une première mondiale. Jamais auparavant ce procédé avait utilisé dans un but culturel similaire à celui-ci. Pour réaliser les duplex où la star du jour parle avec des invités éphémères, une autre technologie est utilisée, donnant un aspect plus fantomatique à la reconstitution.

Enfin, pour le son, "Hôtel du Temps" utilise "Voice Cloning", un outil mis au point par l’Institut de Recherche Coordination Acoustique Musique (Ircam) pour reconstituer des voix humaines sur base d’enregistrements existants via l’intelligence artificielle, le tout avec une qualité audio parfaite.

Des propos "authentiques" et des familles consultées

C’est sûr, l’illusion est saisissante, mais on peut se demander ce que France Télévisions va bien pouvoir faire dire à ses stars revenues de l’au-delà. Sur ce point, France Télévisions se veut rassurante. "Tous les propos tenus par la légende interviewée sont absolument authentiques. Elle ne se prononce évidemment jamais sur ce qui s’est passé après sa mort. Ce n’est pas une fiction, c’est un documentaire", assure la société. "L’ambition d’’Hôtel du Temps’ n’est autre que de créer un véritable ‘mausolée numérique’ pour rendre hommage aux légendes disparues".

Dans l’absolu, les familles des célébrités ressuscitées n’ont pas leur mot à dire selon la loi, le droit à l’image n’existant pas pour les personnes décédées. "Mais, par respect, les héritiers sont informés et valident la modélisation numérique du visage. Ils ont accès au scénario et visionnent l’émission finalisée avant sa diffusion", tient à souligner France Télévisions.

Le 2 mai, Thierry Ardisson inaugurera donc son émission aux côtés de Dalida, décédée en 1987. "Je veux qu’on écoute ensemble ses chansons", explique l’animateur, "et qu’elle nous raconte son incroyable destin: la gamine du quartier populaire du Caire, la guerre, et la prison qui tue son père, la reine de beauté des bords du Nil, l’atterrissage au Bourget, un soir de Noël, les ritournelles italiennes, le twist, les grands textes, le raï, la disco, le triomphe et la gloire sur les cinq continents, avant la descente aux enfers des amours mortes… Dalida, icône tragique".

Sur le même sujet
Plus d'actualité