À la télé ce soir: Le parcours croisé des Carpenters, Bee Gees et Abba

Souvent considérés comme des champions du kitsch, les Carpenters, Abba et les Bee Gees voient leur musique réévaluée dans ce documentaire auquel ont participé de beaux esprits.

Carpenters
© Photo News
Diffusion le 5 avril à 22h15 sur La Trois

Les images piquent aux yeux. Normal, elles sont encombrées de looks qui, vus d’aujourd’hui, ressemblent à des oripeaux pour soirées disco ou réveillons déguisés de la Saint-Sylvestre. À leur décharge, les ­Carpenters, Abba et les Bee Gees sont des produits du showbiz des années 70 – ce qui signifie beaucoup en termes d’images… Le film de Nicolas Maupied et Fabien Bouillaud a le mérite de remettre les choses à leur place – les Carpenters, Abba et les Bee Gees valent beaucoup plus que leur dressing dont l’hystérie aurait tendance à faire oublier leur génie musical. On n’a pas attendu de voir ce documentaire en deux parties (Les années choc et Les années chic) pour se positionner sur la qualité de la musique de ces artistes qui, des années durant et malgré des scores de ventes faramineux, ont été méprisés par la frange la plus snob (et la plus malentendante) de la critique.

Après un long passage au purgatoire, ces groupes ont vu leur répertoire réévalué et s’offrent enfin une reconnaissance intellectuelle permettant à ce genre de film d’exister. Les concepteurs savent qu’il n’est plus question d’évoquer le mauvais goût, le kitsch ou le ridicule pour aborder la science vocale de Karen Carpenter (sans doute l’une des chanteuses les plus redoutablement justes de l’histoire de la pop), la complexité des arrangements de Björn Ulvaeus et Benny Andersson sur les tubes d’Abba (mesures étalons désormais citées en exemple par l’aristocratie du rock), le sens des harmonies des frères Gibbs (prouesse difficilement attaquable). Pour légitimer leur analyse, Maupied et Bouillaud convoquent des personnalités – journalistes et musiciens – dont la réputation ne laisse planer aucun doute sur la sincérité du propos. Entre passé et présent, ce qui fut fait et ce qui restera à jamais – Michka Assayas, Dominique Blanc-Francard, Jarvis Cocker, Neil Hannon, Patrick Eudeline, Chilly Gonzales rendent enfin à Abba, aux Carpenters et aux Bee Gees ce qui leur appartient: l’art d’être des surdoués.

Sur le même sujet
Plus d'actualité