Les enfants des justes, le roman de Signol adapté à la télé

Avec un téléfilm et un docu, France 2 consacre sa soirée au sort des Juifs de France sous la Shoah.

LES ENFANTS DES JUSTES
© France TV
Diffusion le 23 mars à 21h10 et 22h40 sur France 2

1942, la France est divisée entre zone libre et zone occupée. À la frontière entre les deux se trouve la Dordogne. C’est là que se déroule le nouveau téléfilm de France 2, où Mathilde Seigner et Gérard Lanvin incarnent deux paysans, Blanche et Virgile, qui habitent pile sur la ligne de démarcation. Seule une rivière sépare leur maison de la zone occupée. C’est alors qu’un résistant leur propose une mission: faire passer des Juifs au sud avec leur barque. Ils acceptent, mais un jour, ils sont amenés à faire un choix supplémentaire, celui de recueillir et cacher une jeune fille, Sarah, puis Simon, un autre enfant juif qui se retrouve sans parents. Blanche, qui n’a jamais pu devenir mère, accepte tout de suite, mais petit à petit, l’histoire fait jaser au village. La menace nazie se fait toujours plus forte et la pression augmente, au risque de se faire trahir.

Ce téléfilm tâche donc de montrer le quotidien de ces Justes qui ont sauvé de nombreux Juifs au péril de leur vie. Une volonté que l’on ne peut qu’applaudir et qui montre aussi le quotidien de cette France profonde alors divisée en deux. Cela dit, le scénario est un peu trop séquencé et manque de naturel. On se croirait presque au théâtre par moments. Un défaut peut-être hérité du fait qu’il s’agit de l’adaptation d’un livre, Les enfants des Justes de Christian Signol, mais qui frappe à l’écran.

La soirée continue avec un docu où on suit Anne Sinclair qui tente de retrouver les traces de son grand-père, victime d’une des premières rafles de France, celle des notables. L’occasion pour elle de parler de cet épisode méconnu où l’élite intellectuelle juive française a été déportée au camp de Compiègne puis à Auschwitz. Un parcours suivi pas à pas pour montrer en détail leur arrestation, par les nazis et les autorités françaises, ainsi que leur quotidien horrible à Compiègne via les témoignages de ceux qui ont survécu. Une perspective qui ne laisse pas indifférent.

Sur le même sujet
Plus d'actualité