Landscapers, une mini-série fascinante avec Olivia Colman

La nouvelle série de HBO Landscapers met en lumière la troublante relation d’un couple de criminels.

David Thewlis et Olivia Colman dans Landscapers
David Thewlis et Olivia Colman dans Landscapers. © HBO
Diffusion le 19 mars à 20h30 sur Be Séries

L’information, immédiatement précisée aux téléspectateurs, ne laisse aucune place au doute: en 2014, les Britanniques Susan (Olivia Colman, The Crown) et ­Christopher Edwards (David Thewlis, Harry Potter) ont été reconnus coupables de meurtre, et condamnés à 25 années de prison. Minimum. On pourrait croire la messe de cette fiction dite d’entrée de jeu. Il n’en est rien. Parce qu’au-delà du crime commis par ces deux “paysa­gistes”, comme ils sont désignés dans le titre (“landscapers” fait référence aux corps des parents de Susan qu’ils ont ­enterrés dans le jardin de ces derniers), c’est avant tout leur relation fusionnelle qui fascine.

Le récit nous cueille quinze ans après les faits. Après avoir fui l’Angleterre, le ­tandem s’est réfugié en France et vit dans la précarité. Tandis que Christopher ­enchaîne sans succès les entretiens d’embauche à la recherche d’un emploi, Susan élude sa réalité pour s’imaginer en héroïne et s’enfermer dans un monde peuplé de ces grandes vedettes du cinéma qu’elle adule. À l’image de Gary Cooper ou de Gérard Depardieu. Aux séquences mettant en scène leur quotidien se mélangent alors, ici et là, des extraits de vieux films, empreints de nostalgie, mais aussi des flash-back parfois en noir et blanc, évoquant leur propre passé. Cette minisérie en quatre parties nous plonge dès lors dans une ambiance douce-amère et suscite instantanément une certaine empathie pour ses protagonistes. Ces deux-là – vite rattrapés par leurs antécédents – s’aiment, contre vents et marées. Plus l’intrigue avance, en revenant sur leurs méfaits, mais en s’attardant également sur leur psyché, plus on comprend qu’ils redoutent davantage d’être séparés que d’être condamnés. Une histoire d’amour tragique, racontée avec une ­évidente maestria.

Sur le même sujet
Plus d'actualité