Malaise au JT: des symboles nazis au 19h30 de la RTBF

Alors que le conflit se poursuit en Ukraine, plusieurs médias ont relaté les histoires de certains Belges qui ont choisi de partir combattre aux côtés des Ukrainiens. Au JT de la RTBF ce mardi, on a découvert l'un d'entre eux. Avec un léger malaise: des signes de ses sympathies pour l'extrême-droite affichés entre deux explications.

Malaise au JT: des symboles nazis au 19h30 de la RTBF
© RTBF

Après 14 jours d’invasion de l’Ukraine par la Russie, de nombreux citoyens se mobilisent pour venir en aide au peuple ukrainien. Que ce soit par l’accueil de réfugiés ou des dons de biens et d’argent. Certains ont aussi choisi de partir combattre en Ukraine.

C’est le cas de Jacques Martin, un habitant de Flémalle à qui nos confrères de la RTBF ont consacré un reportage ce mardi 8 mars. Problème: sur Twitter, certains ont fait remarquer que l’on pouvait apercevoir, dans l’habitation de l’individu, des affiches, notamment du " Corps Franc Wallonie ", une des divisions de la Waffen SS, branche militaire de la SS, active durant la Seconde Guerre mondiale. Jacques Martin avait également été interrogé par nos confrères du Soir le 3 mars dernier.

Cette appartenance ou sympathie supposée pour l’extrême-droite n’est pas mise en perspective dans le reportage. " Jacques ne se le cache pas, il est anarchiste ", écrivaient de leur coté nos confrères du Soir. " Les multiples affiches et posters qui ornent son appartement le confirment ". Le quotidien expliquait alors que ses convictions avaient justement motivé son engagement en Ukraine. " Durant trois ans, après la révolution de 1917, l’Ukraine a été une république anarchiste dont le leader, Nestor Makhno, a redistribué les terres au peuple avant d’être trahi par les Bolcheviques. Ça me fascine. (…) Je ne peux pas supporter de voir un Poutine ne pas respecter la souveraineté de l’Ukraine ", leur avançait Jacques.

Interpellée sur le réseau social, la journaliste à l’origine du reportage de la RTBF a d’abord expliqué qu’il s’agissait plutôt " d’un zozo skin repenti ", avant de préciser que ce serait " rectifié ce soir " et qu’un sujet explicatif serait fait.

Au JT de 19H30 ce mercredi soir, la présentatrice a ainsi expliqué que l’homme avait assuré à leur journaliste " ne pas être membre de l’extrême droite ". " Nous avons manqué de mise en perspective ", reconnaît-elle, avant de lancer le reportage sur ce " Corps Franc Wallonie ", " une légion wallonne lancée dans les années 40 par des wallons engagés aux côtés de l’Allemagne nazie ".

Sur le même sujet
Plus d'actualité