À la télé ce soir: Gorge profonde, quand le porno est sorti du ghetto

Retour aux sources revient sur la genèse d’un film culte du cinéma porno, dans le contexte de son époque.

Times Square. Le quartier est connu dans toute l’Amérique comme un lieu de débauche. C’est là qu’arrive Linda, à l’automne 1971. C’est là que commence l’histoire de Gorge Profonde
© DR
Diffusion le 19 février à 22H15 sur La Trois

Jouir sans entraves” et “Il est interdit d’interdire”: deux slogans associés à Mai 68 et à l’onde de choc que ce mouvement allait entraîner, sur fond de révolution sexuelle, de levée de la censure et de libération des mœurs. Les États-Unis n’échapperont pas à ce phénomène de société, dont une des conséquences sera de sortir le cinéma pornographique de l’ombre, l’industrie du X en profitant pour toucher un public beaucoup plus large. Un film en particulier va y parvenir en 1972, remportant un succès hallucinant: Deep Throat (Gorge profonde), au titre on ne peut plus évocateur, et qui fera de son actrice, Linda Lovelace, une superstar du genre. Dans tout le pays, la foule se presse en masse – il est de bon ton d’y aller en couple ou entre amis – pour découvrir cette production pourtant bricolée à toute vitesse par Gerard Damiano, un… coiffeur pour dames passionné de ciné!

Les dessous de l’affaire sont pourtant moins affriolants. Car si Deep Throat a contribué à lever bien des tabous sur la sexualité, Linda Lovelace n’en tirera guère de profit, affirmant plus tard avoir été complètement exploitée par son mari de l’époque. La prolifération des salles pornos dans les années 70 finira par susciter un contre-courant militant farouchement contre ce type de films fabriqués essentiellement pour le seul plaisir masculin. Même si d’autres assument pleinement leur choix, à l’instar d’Annie Sprinkle, ancienne actrice X: “Ils parlaient de gens comme moi comme si nous étions des victimes. Je ne me voyais pas comme ça, je pensais que je rendais service en apportant du plaisir dans ce monde et une approche positive du sexe”. Retour aux sources abordera également ce sujet par le biais d’un docu.

Sur le même sujet
Plus d'actualité