"Plus belle la vie" s’arrête? Les chiffres derrière la chute de la série

La fin de «Plus belle la vie» pourrait être proche, ce qui ne serait pas si étonnant en faisant une petite rétrospective en chiffres.

10 ans de «Plus Belle la Vie» à Marseille
Célébration des 10 ans de «Plus belle la vie» à Marseille, le 9 septembre 2014 @BelgaImage

Coup de tonnerre dans le paysage audiovisuel français (PAF): selon les informations du Figaro, France 3 s’apprête à mettre fin à sa série quotidienne emblématique, "Plus belle la vie", après 17 ans de loyaux services. Une annonce immédiatement nuancée par la direction de France Télévisions dans le Parisien. "Notre contrat avec Newen (la société productrice) s’arrête le 31 décembre 2022. Passée cette date, la fin de ‘Plus belle la vie’, dont les audiences sont en baisse, est une possibilité. Mais ce n’est pas la seule. Nous avons simplement rouvert les discussions, comme il y a deux ans". L’arrêt du célèbre programme n’est donc pas définitivement acté en l’état, même si elle semble assez probable. Car comme l’avoue la télévision publique française, les audiences sont loin d’être réjouissantes.

Des records d’audiences désormais bien loin

"Plus belle la vie" et l’audimat, c’est d’abord une histoire qui a très bien commencé. À la fin des années 2000, lorsque la série a débuté, la moyenne d’audience dépasse allègrement les 20%. Le 30 juin 2008, la part de marché a même atteint un record de 27,8%. Un succès inespéré à l’origine et qui est à l’origine de sa longévité. Dès le début des années 2010, le programme montre toutefois déjà des signes de faiblesse. L’audimat s’effrite lentement mais sûrement pour passer en moyenne sous les 20%, sous la pression des émissions concurrentes (comme "Scènes de ménages"), tout en restant assez élevé voire très élevé certains jours. Le 28 mars 2012, un pic de 7,3 millions de téléspectateurs est constaté, un niveau record pour "Plus belle la vie". En 2015, il s’agit même encore de la série la plus regardée en France en streaming, devant "Games of Thrones".

Fin des années 2010, la concurrence s’étoffe encore, par exemple avec "Demain nous appartient" et "Un si grand soleil". Au lancement de ces émissions, "Plus belle la vie" tient encore le coup avec 15-17% de part d’audience. Mais à partir de 2019, la série dévisse brutalement, passant alors sous le 15%, voire en tendant vers les 10%. Lorsque le Covid-19 arrive, France Télévisions tente un coup de poker. Pour faire revenir les téléspectateurs, elle continue à diffuser le plus longtemps possible des inédits de "Plus belle la vie" pendant le premier confinement, alors que les autres séries s’arrêtent plus tôt à cause de l’arrêt des tournages. Le succès est très mitigé, la part de marché avoisinant les 12%. Pire: du fait de cette stratégie, "Plus belle la vie" redémarre plus tardivement, avec même un mois de retard sur "Un si grand soleil". Aujourd’hui, l’émission tourne autour des 10-11%.

Une machine de guerre qu’il faut financer

Mais le problème ne se limite pas aux audiences. "Plus belle la vie" représente pour France 3 l’un des programmes les plus coûteux à produire: environ 30 millions d’euros par an. Il faut en effet payer les studios marseillais (par exemple celui de La Belle de Mai avec les 1.000 m² de la place du Mistral), rémunérer les acteurs (1.000€ par jour de tournage pour les dix principaux, de 300€ à 800€ pour les autres), obtenir les 300 costumes livrés chaque semaine, etc. Il faut pouvoir rebondir sur l’actualité avec un scénario prêt à s’adapter à n’importe quelle situation (élections, décès d’une célébrité, catastrophes comme l’incendie de Notre-Dame de Paris, débats à l’instar du mariage pour tous…). Le tout sans oublier le casse-tête des emplois du temps des acteurs à coordonner et le tournage réalisé à une cadence très rapide avec une équipe de près de 250 personnes.

Lorsque la série était encore dans ses beaux jours, financer cette véritable machine de guerre n’était pas un problème insurmontable. "Au-delà de 14 % de PDA, France 3 nous reversait un intéressement", précisait même en 2020 un ancien cadre au Parisien. Mais aujourd’hui, ce cap n’est plus atteint. La remise en cause de la poursuite de la série s’inscrit dans ce cadre. Si un accord avec Newen n’est pas trouvé d’ici la fin de l’année, ce sera définitivement la fin de "Plus belle la vie".

Sur le même sujet
Plus d'actualité