La reine Paola se confie sans filtre: "Du jamais vu dans l’histoire de notre pays"

La RTBF livre un documentaire dans lequel la reine Paola se confie sans filtre sur sa vie. Un véritable témoin de l’histoire de Belgique.

LA Reine Paola
© Belgaimage
 Diffusion le 18 février à 20H15 sur La Une

En fouillant dans les archives, la RTBF a remarqué un manque pour le moins embêtant. Autant la télévision belge a consacré des programmes entiers au roi Albert II, aucun véritable travail de fond n’avait été réalisé sur sa femme, Paola. Il fallait réparer cette injustice avec un docu uniquement consacrée à elle! Une tâche confiée au réalisateur Nicolas Delvaulx, qui étudie l’histoire de la famille royale depuis 30 ans. Celui-ci accepte mais à une condition: pouvoir interroger directement la principale intéressée, âgée de 84 ans.

Grâce à ses contacts et son CV, il a fini par voir la famille royale accéder à sa requête. En découle aujourd’hui cet incroyable documentaire qui retrace toute la vie de Paola vue par elle-même et sa famille. Pour Nicolas Delvaulx, cette démarche était plus que nécessaire. ”Beaucoup de choses ont été dites sur la reine avec des approximations”, rappelle-t-il. “Il valait donc la peine de l’interroger pour avoir sa version. Ça a été un travail de longue haleine avec des mois d’entretien mais on a travaillé dans la confiance pour réaliser ce projet inédit. Jamais, dans l’histoire de notre pays, une reine s’est confiée de la sorte sur sa fonction, ses états d’âme…

Pendant plus d’une heure et demie, Paola passe en revue des différents événements qui ont marqué son vécu tout en faisant visiter les lieux qui lui tiennent à cœur. À Grasse, Bruxelles ou encore Villers-sur-Lesse, on découvre aussi ses passions (la décoration, le jardinage), ses photos privées (comme celles où elle apparaît au tout début de sa relation avec Albert, encore prince à l’époque)… ”Je pense que l’on a au final une bonne impression de la personne qu’est la reine, avec une vraie modernité dans les réponses, une approche sincère et franche de comment ils avaient vécu des choses parfois difficiles”, estime le réalisateur. Car des moments compliqués, en effet, il y en a eu. Elle est par exemple passée tout près d’un divorce avec son mari. Des sujets délicats que Nicolas Delvaulx a pu aborder sans problème, assurant n’avoir subi aucune censure.

De toute façon, son objectif, ce n’était pas de faire du sensationnel mais de l’humain, avec de la compassion tout en ayant du recul. Ce qu’il retient de cette aventure, c’est d’ailleurs plus l’histoire touchante d’une femme emmenée très jeune dans un dessein royal, le parcours d’un couple aujourd’hui très soudé, tendre et affectueux l’un envers l’autre. Alors quand il voit la presse retenir de son docu une phrase choc de la reine évoquant ses 10 ans de malheur, d’environ 1970 à 1980, ça le désole un peu. ”Quand on est réalisateur, on essaye de montrer la complexité du personnage. C’est dommage d’être résumé à une phrase polémique, surtout qu’elle a été parfois détournée pour faire croire que la reine affirmait que sa vie ‘était un gâchis total’, ce qui est faux et préjudiciable pour elle. La famille royale ne peut pas se défendre donc c’est la porte ouverte pour dire n’importe quoi. C’est foncièrement injuste”.

Il n’empêche, au final, cette expérience télévisuelle s’est avérée concluante pour la reine Paola, visiblement émue par ce projet. Pour Nicolas Delvaulx, c’est une véritable consécration, le fruit d’un long travail sur la famille royale avec ici un accès privilégié pour avoir une vue de l’intérieur. ”On dialogue avec l’histoire de Belgique, c’est passionnant”, se réjouit-il en évoquant ses longues discussions qui ont répondu à bien des questions. ”À titre personnel, j’en retiens des moments touchants. Puis ils m’ont toujours très bien reçu, avec un sens de l’accueil très agréable. On a fait des tours ensemble dans la campagne, en me montrant les bons hôtels, restaurants, etc.” Si le public devait retenir quelque chose de son documentaire sur Paola, ce qu’il voudrait, c’est que les téléspectateurs aient ”du respect pour la personne, même quand on n’est pas d’accord avec elle”. ”C’est comprendre l’humain derrière la fonction. Comme tout le monde, la reine Paola cherchait l’amour, la liberté, un sens à sa vie, etc. Maintenant, personne n’est parfait et chacun fait ce qu’il peut en fonction du contexte. C’est un peu l’idée du film et j’espère que les gens comprendront cela”.

Sur le même sujet
Plus d'actualité