À la télé ce soir: le retour de Balthazar

Vu son succès grandissant, Balthazar se devait de faire son retour. Avec quelques réajustements.

Tomer Sisley dans Balthazar
© TF1
Diffusion le 10 février à 20h30 sur La Une

Lancée il y a trois ans avec un titre qui fait un clin d’œil à Victor Balthazard, l’un des pionniers de la médecine légale en France, la série portée par Tomer Sisley a rencontré son public dès la diffusion de son pilote. Un succès confirmé – et même conforté – tout au long des vingt-trois épisodes suivants, saupoudrés d’action, de psychologie et d’humour. Aujourd’hui, ce thriller coproduit par la Belgique est tout simplement une des séries francophones les plus populaires: huit millions de spectateurs rien que pour la chaîne (TF1) qui l’a initiée, pour qui il s’agit même d’un des programmes les plus rentables.

À l’aube de cette quatrième salve (de huit épisodes), la barre était donc placée haut. D’autant plus que le duo de scénaristes, formé par Clélia Constantine et Clothilde Jamin, a dû opérer un choix délicat en se séparant de l’habituelle acolyte du héros (la capitaine Bach, jouée par Hélène de Fougerolles), en vue d’offrir une autre direction à l’histoire. Où, autour d’un Sisley fidèle à lui-même, deux autres personnages surgissent: Camille Coste (Constance Labbé, alias Adèle dans Camping Paradis), une nouvelle capitaine alliée et, dans une moindre mesure, une émissaire (Caterina Murino, ex James Bond Girl dans Casino Royale) venue elle jauger ses méthodes de travail, pas toujours très orthodoxes.

Des éléments neufs qui donneront un peu de fil à retordre à un Balthazar décidément très tourmenté sur le plan sentimental, lui qui mène ses enquêtes en restant hanté tant par le décès de son épouse qu’une ex trop présente… Mais sans en dévoiler davantage, ces réaménagements apparaissent comme judicieux, permettant à cette suite de maintenir une certaine profondeur. Et donc, de remplir son contrat.

Sur le même sujet
Plus d'actualité