À la télé ce soir: Sacha, une série addictive

Sacha, c'est le portrait poignant d'une femme, ancienne victime de proxénétisme, qui doit faire face à son passé.

Sophie Broustal dans sacha
Diffusion le 3 février sur Arte à 20H50

A priori, la vie semble sourire à Anne Dupraz. Elle est procureure à Genève, habite un appartement avec vue sur la ville et vit heureuse avec sa fille. Mais un jour, sans crier gare, elle tire sur un homme, Gilles Sarreti, propriétaire d’une pizzeria. Un geste incompréhensible de prime abord. C’est le point de départ de cette nouvelle série d’Arte qui fait des allers-retours constants entre passé et présent pour comprendre comment cela a pu se passer.

Très vite, il s’avère que ce Gilles Sarreti s’appelle en réalité Philippe Teissier. Il s’agit de l’ancien proxénète d’Anne Dupraz et qu’elle entretenait une relation toxique quand ils étaient jeunes, étant à l’époque sous son charme mais aussi victime de violences. Lorsqu’elle le retrouve durant une enquête policière quelques semaines avant le fameux tir, alors qu’un doigt coupé est retrouvé dans la pizzeria, elle sait que les problèmes vont recommencer. Ça ne manque pas. Au fur et à mesure des épisodes, les nuages s’obscurcissent autour d’elle et de sa famille. En même temps, elle s’implique dans le travail de la police. Son but: non seulement faire la lumière sur le retour de son ancien bourreau, mais aussi apporter son aide. Car il apparaît rapidement que le doigt appartient à une prostituée et il s’agit de démonter le réseau dont cette victime faisait partie.

Sous ses airs de simple série policière, Sacha est en réalité bien plus que cela. C’est une véritable immersion dans le milieu du proxénétisme, pour comprendre comment des personnes en arrivent à se prostituer et arrivent (ou pas) à en sortir. Plus largement, c’est le miroir de toutes les violences faites aux femmes, avec pour mission de montrer leurs mécanismes. Un portrait frappant à voir absolument, car comme le dit un des personnages, ”son cas pose des questions morales sur notre société”.

Sur le même sujet
Plus d'actualité