À la télé ce soir: Championnats du monde de cyclocross

Pour la deuxième fois depuis sa création en 1950, le mondial de cyclo-cross se dispute hors Europe.

Toon Aerts
© Belgaimage
Diffusion le 30 janvier sur Tipik à 21h25

Avec parfois plus d’un million de téléspectateurs belges – surtout flamands – rivés derrière leur écran, le cyclo-cross reste sans conteste l’une des disciplines sportives phares de notre pays. Aucune autre individuelle ne peut en effet se targuer de placer sept de ses représentants parmi les dix premiers mondiaux. Alors que cette variante hivernale du cyclisme tend pourtant à se répandre géographiquement. Même s’il est cette fois forfait en raison d’une opération au genou, le triple champion du monde en titre Matthieu van der Poel est d’ailleurs Néerlandais. Et après avoir été le premier pays à organiser un championnat du monde en dehors de notre continent en 2013 (c’était à Louisville, dans le Kentucky), les États-Unis remettent le couvert. En Arkansas, plus exactement à Fayeteville où, en à peine deux ans, un endroit complètement vague est devenu l’un des circuits les plus spectaculaires de cyclo-cross de la planète. Qui, le restant de la saison, accueille plusieurs milliers d’amateurs locaux.

Et à l’absence de van der Poel, il faut ajouter celle de Wout Van Aert. Porteur du célèbre maillot arc-en-ciel en 2016, 2017 et 2018, le sportif belge des deux années écoulées a fait l’impasse sur l’événement, afin de privilégier les classiques du printemps sur route. Ces deux stars des labourés se partageant tous les titres depuis sept ans – Van der Poel avait aussi triomphé en 2015 – la course de ce dimanche soir sera ouverte comme rarement elle ne l’a été. C’est donc l’occasion où jamais pour les battus de ces dernières années, comme les Belges Aerts (photo), Iserbyt, Hermans, Sweeck ou Vanthourenhout, les Néerlandais van der Haar et van Kessel ou l’Anglais Tom Pidcock. Si le vainqueur ne figure pas parmi ces huit noms alors, la surprise sera immense…

Plus d'actualité