À la télé ce soir: Fantômas enfin démasqué

Associé à de Funès, Fantômas n’a en réalité rien de comique. Dans cette plongée au cœur de sa genèse, on nous apprend presque tout sur le criminel masqué, véritable matrice du méchant de la modernité.

Fantômas démasqué
©DR
Diffusion le 28 janvier à 22h30 sur Arte

Tout le monde le connaît sous son masque verdâtre dans la saga comique d’André Hunebelle, avec un énorme de Funès rageur en commissaire Juve. Mais Fantômas n’était pas du tout une créature destinée à faire rire, comme le rappelle Marcel Allain, dans ce documentaire fouillé, démasquant certains secrets de ce personnage étrange né sur le papier en 1910.

Sa naissance, Fantômas la doit au concert à quatre mains de deux jeunes journalistes devenus écrivains pour l’occasion, Pierre Souvestre et Marcel Allain cité plus haut, qui ont véritablement transformé le monde de l’édition, déclinant les aventures de leur meurtrier cruel et insaisissable durant trois ans (de 1911 à 1913) au rythme infernal d’un roman par mois. Pour le plus grand plaisir des milliers de lecteurs qui se les arrachent pour se faire peur. Le succès ne se démentira pas avec l’adaptation sur grand écran des aventures du criminel masqué par le réalisateur Louis Feuillade, qui avec sa série de 5 films muets, va faire suer plusieurs maires de villes françaises. Ces derniers voyant en effet d’un mauvais œil ce qu’ils considèrent comme l’apologie d’un génie du crime dont la violence risquerait de donner de très mauvaises idées à quelques âmes égarées. Le cinéma, en revanche, se porte très bien, avec ces chefs-d’œuvre de son art naissant, saupoudrés d’un réalisme assez saisissant pour l’époque (1913-1914) et de poésie fantastique.

Parce que Hunebelle en fait une saga comique, le dépossédant de sa réelle essence d’icône du mal, Allain lance un procès qu’il gagnera contre la Gaumont, distributrice des films. Posant la question essentielle de qui est Fantômas. “Personne”, vont répondre en chœur dans ce riche documentaire les amateurs très éclairés du personnage qui a inspiré de multiples avatars, prenant jusqu’à la figure encagoulée du terroriste. Et c’est bien notamment parce qu’il n’est personne qu’il demeure à jamais le premier des méchants contemporains.

Sur le même sujet
Plus d'actualité