À la télé ce soir: Nos vieux, trop souvent négligés

Ce soir dans Doc Shot, Schnocks, la vie en vieux, un film tendre et humain sur nos vieux.

senior
© Adobe Stock
Diffusion le 27 janvier à 22h35 sur La Une

Une récente étude d’Amnesty démontrait qu’à partir de 55 ans, les discriminations liées à l’âge étaient plus que fréquentes. L’âgisme est moins médiatisé (et moins vendeur) que le racisme ou le sexisme, mais il demeure un fléau à combattre. Comme les préjugés sur les personnes âgées qui ont encore pris pour leur grade durant la pandémie. On les a infantilisés, surprotégés et victimisés. Autrement dit, on a tout décidé pour eux. Pourtant, ces vieux " shnocks " prouvent chaque jour qu’ils et elles ont encore des choses à dire, à raconter, à dénoncer. " Schnoks ", c’est le nom que leur donne le film diffusé ce soir par Doc Shot. Mais Françoise, Marie-France, Ali, Paul, Mohamed, Marcel, Claudette, Henri, Janine, Jacqueline et André sont là pour mettre à mal ce terme péjoratif, sorte d’insulte sympa, encore trop présent dans les conversations. Ils n’ont rien à envier aux plus jeunes. Ils restent dynamiques, vifs d’esprit, espiègles. Surtout, ils veulent encore en vivre, des choses.

Un film drôle, qui n’a peur d’aucun tabou. Il exprime la vieillesse à travers des thèmes universels mais finalement souvent laissés de côté, surtout lorsqu’ils concernent les vieux: le corps, le travail, l’amour, la mort. Et dont, accessoirement, la photographie est magnifique. Il rappelle que vieillir n’est pas une tare, que ce n’est " pas un naufrage " comme il l’explique. Ce n’est que le début d’un nouveau chapitre, qui se renouvelle constamment. Et qui offrent des moments trop peu valorisés. On espère se retrouver dans dix, vingt, trente ou quarante ans dans les portraits proposés par Laurent Follea et Antonin Boutinard Rouelle. Et on espère que les personnes âgées qui verront le doc s’identifieront aussi.

Sur le même sujet
Plus d'actualité