À la télé ce soir: Programmation spéciale Shoah

Découverte de l’horreur des camps de concentration en 40-45 et des séquelles de cet épisode.

Détenus du camp de concentration de Dachau lors d'une marche de la mort,
© DR
Diffusion le 25 janvier à 20H50 sur Arte    

Cette année, la Journée internationale du souvenir de l’Holocauste a une dimension particulière. Il y a 80 ans, l’Allemagne nazie édictait la solution finale qui aboutira à la mort de 5 à 6 millions de Juifs. Pour l’occasion, de nombreux documentaires font le point sur cet événement traumatique mais aussi sur ce qu’ont vécu les autres victimes des camps nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, ainsi que sur l’après. À moins de recourir à l’enregistrement, il va même falloir trancher entre les chaînes de télévision. Au cours de la soirée du mardi 25 janvier, Arte, La Trois et Histoire TV diffusent en même temps leurs programmes sur le sujet, avec des angles divers.

Du côté du canal franco-allemand, c’est surtout le quotidien terrifiant des prisonniers des camps qui intéresse avec deux exemples. Le premier programme se concentre sur un épisode souvent oublié de la Shoah: les marches de la mort, destinées à transférer les détenus d’un centre d’extermination à l’autre lorsque le front soviétique se rapproche de Berlin à l’est. En plein cagnard ou dans un froid polaire, 150.000 personnes doivent traverser tout le Reich dans des conditions inhumaines, quand elles ne sont pas fusillées en chemin. 30 % ne survivront pas. Un compte-rendu frappant, doté de nombreux témoignages et d’une analyse approfondie, en cherchant aussi à comprendre comment les tortionnaires ont pu agir de la sorte. Arte s’attarde ensuite sur le cas de Mauthausen où les prisonniers politiques et non seulement juifs sont légion. Parmi eux, un communiste espagnol dont on suit le destin particulier puisqu’il a pris l’initiative de cacher un maximum de photos prises sur place avant que les nazis ne les détruisent. Avec lui, c’est la vie vue de l’intérieur des camps que l’on découvre. Un témoignage unique et précieux sur l’ampleur des crimes qui y ont été commis.

La Trois et Histoire TV s’intéressent en bonne partie aux séquelles de cette extermination de masse. La RTBF diffuse un téléfilm sur les 300 enfants de Windermere, recueillis outre-Manche après être sortis des camps pour se reconstruire auprès d’une équipe éducative. Un programme touchant et foncièrement différent des docus présentés sur les autres chaînes. Sur Histoire TV, c’est plus classique, avec la lutte des juifs de 1940 à aujourd’hui pour perpétuer le souvenir de la Shoah. Un programme un peu moins frappant que les autres mais suivi le mercredi sur la même chaîne d’une analyse assez détachée mais pas moins marquante sur le fonctionnement du camp d’Auschwitz, qui vient clore cette série documentaire.

Sur le même sujet
Plus d'actualité