À la télé ce soir: Tout comprendre sur le système financier des nazis

Arte analyse avec brio le fonctionnement du régime nazi et la haine que les juifs subissent depuis.

Les nazis et l'argent sur Arte
© Arte
Diffusion le 18 janvier à 20h50 sur Arte

Il y a exactement 80 ans, entre Berlin et Potsdam, de hauts responsables du Troisième Reich se réunissent à Wannsee pour mettre au point la solution finale, c’est-à-dire le génocide des juifs. Pour l’occasion, Arte consacre une soirée entière au nazisme et à l’antisémitisme. Un panorama qui débute avec un documentaire magistral malgré son sujet a priori peu attrayant: les liens entre les nazis et l’argent.

En fait, il s’agit surtout de voir comment Hitler s’y est pris pour mettre à exécution son plan développé dans Mein Kampf. Tout commence avec le ”péché originel” du Reich: la volonté de rebâtir une armée allemande, bien que le traité de Versailles l’interdise. Pour contourner ce problème, le régime nazi crée une société écran, la MEFO, qui paie les entreprises d’armement non pas en marks mais en bons qui représentent en réalité de la dette allemande. Un système opaque qui marche du tonnerre, mais les nazis n’ont plus de limite. L’État s’endette comme jamais. Pour rembourser tout en continuant son entreprise guerrière, le Reich tombe dans un cercle vicieux. Il spolie d’abord les biens des juifs et annexe des territoires (Autriche, Tchéquie). Ce n’est pas assez, donc c’est la guerre vitesse grand V, avec des pillages en terres occupées et les pires plans de mise à mort de masse pour s’accaparer toujours plus de biens.

L’engrenage ne s’arrête pas et l’économie allemande elle-même est malmenée. Quand les Alliés bombardent la Ruhr, la machine déraille. C’est le début de la fin. Arte permet ainsi de voir clair dans le jeu mortifère des nazis, au-delà de l’idéologie. Rarement un docu est arrivé à une analyse aussi limpide sur le régime de Hitler. Une base parfaite pour aborder le reste de la soirée, constituée surtout de programmes inédits sur l’antisémitisme, que ce soit à Wannsee, dans l’Algérie de 40-45 ou encore avec la propagande antijuive d’hier et d’aujourd’hui.

Sur le même sujet
Plus d'actualité