À la télé ce soir: L’assaut du Capitole, le traumatisme américain

Ce documentaire retrace le fil de l’invasion du Capitole du 6 janvier 2021. Et en analyse les conséquences.

extrait du documentaire arte sur l'assaut du capitole
© Arte

Diffusion le 4 janvier à 22h40 sur Arte

Les images ont fait le tour du monde. Une bande de forcenés force les portes du Congrès et déferle dans les locaux les plus sacrés de la démocratie américaine. Jake Angeli, le Q Shaman, paradant toutes cornes dehors dans les décors feutrés des bureaux parlementaires sera sans doute l’une des images de l’année. Cela semble aujourd’hui appartenir à l’histoire ancienne, le cirque de Trump refusant de reconnaître sa défaite, l’avalanche de tweets complotistes et de fake news, les invectives sur les réseaux sociaux… On s’étonne même que cela ne date que d’un an, tant cette époque nous paraît lointaine.

Ce jour-là fut l’acmé de la pire présidence de l’histoire. On peut même en rire, à coups de mèmes sur le Web. Ce dont on ne se rend pas compte, en Europe, c’est à quel point l’événement a bouleversé l’Amérique et combien ses conséquences se font encore ressentir onze mois plus tard. Non, le rideau ne s’est pas refermé lorsque les guignols ont été évacués et que le travail parlementaire a repris, dans la soirée. C’est ce que le documentaire va nous montrer. Entre autres, car il commence d’abord par retracer le fil des événements, quasi minute par minute. L’avantage de l’ère des portables, c’est que l’on croule sous les images et que toutes les parties en présence ont filmé ce qui leur est arrivé. Cela a été diffusé en temps réel sur les médias sociaux. Dagmar Gallenmüller et Gaston Sasa Koren, les deux réalisateurs allemands, ont tout détricoté pour fournir un compte rendu précis, du point de vue des manifestants, des forces de l’ordre, des parlementaires et des journalistes. On y voit non seulement l’escalade de la violence, le drame (on déplore 5 décès,) la responsabilité de l’ancien président et de son équipe, mais ce que l’on découvre, c’est l’enquête parlementaire en cours et la division profonde de la société américaine actuelle. Trump 2024, ça reste possible. Bigre.

Sur le même sujet
Plus d'actualité