Tac au tac avec Alix Battard

Visage de l’actualité sur RTL-TVI, elle fait sa rétro avec, dedans, du Covid, du duc et de la marche nordique.

Alix Battard
@ RTL TVI

Entre les deux années pourries par le Covid, laquelle avez-vous préférée, 2020 ou 2021?
Quelle horreur! Entre la peste et le choléra, je pense que j’ai préféré 2020. Dans le premier confinement, il y avait quelque chose qui relevait de l’expérience collective et solidaire. 2021, c’était comme une répétition de 2020 avec le masque sur la longue durée. 2021, on a l’impression que cette ­épidémie est sans fin.

Vous êtes-vous déjà disputée avec quelqu’un de votre entourage sur le vaccin?
Oui. Enfin, disputée… J’ai eu des ­discussions animées, mais de manière courtoise, pas au point de se raccrocher au nez ou de quitter la table. Mais sur le Covid, ce qui a vraiment été ma goutte d’eau, c’est le port du masque pour les enfants de six ans… Quand j’ai appris que ma fille devrait porter le masque, j’ai été en colère pendant ­quarante-huit heures.

Les sujets interdits chez vous le soir de la Saint-Sylvestre?
On va essayer de ne pas parler du Covid, et même si le sujet revient tout le temps, je crois qu’on va y arriver… On réveillonne avec des amis, à la campagne… On fera des jeux de société avec les enfants. En plus, pour moi, ce n’est pas très compliqué de ne pas en parler…  Quand je ne présente pas le journal, je n’ai aucune difficulté à débrancher la prise de l’actu.

Et ça vous fait du bien?
À fond! C’est pas très vendeur de la part de quelqu’un qui présente le journal, mais je recommande de faire des purges d’actualité.

Qui est la femme 2021? 
Maria Ressa, la journaliste qui a reçu le prix Nobel de la paix et qui a pu se ­rendre à Oslo pour le recevoir avec l’accord de son gouvernement – comme si elle était en liberté conditionnelle.  C’est très interpellant. On a beaucoup critiqué les journalistes cette année, avec les complotistes qui n’arrêtent pas de nous taper dessus, mais la liberté de la presse doit être défendue.

Quel chanteur ou quelle chanteuse vous a le plus touchée: Stromae, Orelsan, Angèle ou Adele?
Je ne suis pas une grande fan d’Angèle, même si ce n’est pas très politiquement correct de le dire… Je suis plus émue par Stromae… Mais en fait, je n’écoute pas beaucoup de musique, je n’ai pas beaucoup de culture musicale, et je n’ai pas un avis très avisé sur la question.

La disparition qui vous a le plus émue?
Oh! Le duc d’Édimbourg! Je suis hyper-fan des royalties et ça m’a brisé le cœur. Je pensais à cette pauvre reine qui va fêter Noël sans son mari…

Que vous étiez-vous promis de faire en 2021 que vous n’avez pas fait?
Je préfère parler de mon podcast que je voulais faire, que j’ai procrastiné pendant des mois et des mois, mais cette année, je l’ai fait au mois d’octobre…

Un podcast?
Oui, ça s’appelle Le changement iX, c’est un podcast sur les nouveaux ­comportements des citoyens et des consommateurs. J’adore écouter des podcasts quand je marche parce que je fais de la marche nordique.

Donc vous faites de la marche nordique?
C’est miraculeux!  C’est un sport hyper-complet, vous vous musclez de manière harmonieuse et vous libérez votre esprit pour penser à plein de ­choses. C’est un sport dynamique et joyeux.

Le 2 janvier, vous préférez aller prendre un verre avec Éric Zemmour ou Christiane Taubira?
J’aime pas botter en touche, mais aucun des deux.

Sur le même sujet
Plus d'actualité