À la télé ce soir: un documentaire sur le grimaçant Jim Carrey

Portrait de Jim Carrey, acteur venu fendre le visage trop parfait de l'Amérique à coups de grimaces.

Jim Carrey
© BelgaImage

Diffusion le 30 décembre à 23h45 sur Tipik

Il a transpercé l’écran de cinéma. Sans visage. Juste un masque vert, grimaçant. Aussi drôle et inquiétant qu’un toon de Tex Avery, avec une jolie Jessica Rabbit au bras, la pétulante Cameron Diaz, devenue l’actrice que l’on sait. Canadien d’origine né en 1962, Jim Carrey a mis l’Amérique à ses pieds dans un grand éclat de rire avec The Mask (1994).

Mais il n’allait pas s’arrêter là, et lui tendre avec les grimaces de son incroyable visage-caoutchouc un miroir d’elle-même qu’elle n’avait pas vu venir, tant elle montrait son beau visage conquérant durant cette ère Reagan dans des productions qui magnifiaient les surhommes façon Rambo. The Mask allait donc changer la face de Carrey, mais aussi de l’Amérique elle-même, démasquée dans ses failles par un clown génial dont le succès n’allait pas se démentir avec des pitreries terriblement subversives comme Dumb et Dumber et les Ace Ventura, où “ce Captain America de l’outrance”, comme le dit Dominique Barneaud, le producteur du documentaire, ”dénonce les fissures de la génération ‘gagnante’ et témoigne de la fracture raciale et économique des années 80-90”.

Et à ceux qui l’ont pris pour un petit rigolo, Carrey a rétorqué par des films plus ”adultes” comme Truman Show. Ce documentaire, comme le souligne Isabelle Graziadey, directrice des coproductions internationales, “révèle tout le génie de l’acteur et son éclectisme”, mais aussi, continue-t-elle, “que cette figure de proue des années Clinton, véritable lien entre Charlie Chaplin et Roger Rabbit a dynamité le rôle du bouffon (essentiel dans toute société dite démocratique) avant de s’imposer comme un authentique artiste”. Malheureusement, depuis que des politiques comme Trump lui ont piqué son rôle “d’infantile crétin”, il s’est un peu perdu. Grand temps donc qu’il remette sa couronne et redonne le rôle de comique à qui de droit.

Sur le même sujet
Plus d'actualité