À la télé ce samedi: Les trésors de la parfumerie française

Sophie Jovillard nous donne à rêver avec ce très smart documentaire dédié à l'histoire des parfums.

La parfumerie française, l'osmothèque de Versaille
© France TV

Diffusion le 25 décembre à 14H40 sur France 5

Chanel, Guerlain, Dior, le film va visiter toutes les grandes maisons parisiennes, en insistant, parfois un peu lourdement, sur le glamour et le luxe à la française. Faisons abstraction du côté dépliant touristique, car la balade en vaut la peine. On démarre à l’Osmothèque de Versailles, ce lieu formidable consacré à l’étude et la conservation des odeurs. C’est là que tout commence, par l’évocation des Égyptiens qui voyaient en le parfum le lien entre la Terre et les Dieux. C’est là aussi que l’on a réussi à reconstituer les parfums romains (la fameuse eau royale que s’arrachaient les patriciens et patriciennes) d’après les écrits de Pline l’Ancien, puis même les parfums d’intérieur de Louis XIV. Les siècles s’enchaînent. Le parfum est interdit par l’Église, puis réintroduit par Catherine de Médicis et les médecins. On passe par Grasse, par des labos qui nous expliquent les différents procédés qui permettent de capturer l’essence des odeurs pour les mettre dans nos élixirs quotidiens. On reste vraiment fascinés par ce mélange de chimie, d’histoire et d’artisanat.

La caméra nous emmène voir le musée Lalique, créateur de sublimes flacons Art Nouveau, la boutique Guerlain des Champs-Élysées et nous montre le nécessaire de toilette de Napoléon, ce fou d’eau de Cologne qui en consommait jusqu’à 60 litres par mois et se parfumait même sur les champs de bataille. On découvre l’appartement des bains de Louis XIV reconstitué, les 2.000 orangers que le Roi Soleil a fait installer pour embaumer son palais, la collection de bouteilles en porcelaine de Marie-Antoinette. Tant d’infos légères, qui racontent tout un art de vivre, dont nous sommes les héritiers, nous, qui nous offrons encore aujourd’hui ces quelques centilitres de magie, ce précieux élixir qui, au creux des poignets et derrière les oreilles, contribue à créer notre identité de peau. Une ode à l’instant.

Sur le même sujet
Plus d'actualité