À la télé ce soir: Le mystère Kendrick, le nouveau Broadchurch

TF1 lance une minisérie en quatre parties sur un village écossais frappé par une tragédie.

David Tennant dans Le Mystère Kendrick
© Kudos Production

Diffusion le 16 décembre à 21h05 sur TF1

À Kirkdarroch, tout le monde se connaît. On se dit bonjour dans la rue et on aime rendre service à ses voisins. Tom Kendrick (David Tennant) est médecin. Il vit dans ce charmant village d’Écosse avec sa femme Kate, institutrice, et leurs trois filles. Ils y sont très appréciés. ­Cependant, lorsque la tragédie les ­frappe de plein fouet et que Tom est le seul survivant, cela bouleverse toutes les habitudes de la localité. En particulier celles de leurs fidèles amis, Steve, policier, et Jess, la confidente et collègue de Kate. Après ce terrible incendie qui a coûté la vie à quatre de leurs membres, on peut penser que les Kendrick n’étaient peut-être pas aussi parfaits qu’ils le laissaient entendre.

Au fil des quatre épisodes, via des flash-back soignés, nous apprenons à mieux les connaître. Kate prenait des antidépresseurs depuis la naissance de sa petite dernière. Les pique-niques familiaux étaient souvent gâchés par les tensions au sein du couple. C’est également Kate qui était à l’origine de l’accident de voiture qui illustre les premières secondes de la série. De plus, l’autopsie révèle que la famille a été droguée avant le début de l’incendie. Un nuage de suspicion s’abat sur le village. Soudain, il y a des ombres partout. Si le terrain peut sembler glissant, en réalité, l’intrigue ne cède ni au sensationnalisme ni à l’impudeur. Au contraire, il y a quelque chose de ­profondément émouvant dans l’histoire de cette famille décimée. L’acteur David Tennant, qui a joué dans Broadchurch (dont la trame est similaire), livre ici une prestation remarquable. D’ailleurs, pour la comparaison, Le mystère Kendrick est mieux conçu que Broadchurch dans sa dimension psychologique et tout autant convaincant dans son portrait d’une ­petite ville soudainement brisée par un événement horrible.

Sur le même sujet
Plus d'actualité